Miroir, mon beau miroir...

image: Miroir, mon beau miroir...
© Alliance Presse

Les miroirs sont partout. Il y a en a même un dans ton cœur qui, contrairement à celui de la méchante sorcière, ne te dit pas que tu es «la plus belle» ou «le plus beau». Et alors, j’en fais quoi?

Imagine un monde sans miroir... Pas moyen de savoir si tes cheveux sont en pétard au réveil. Aucune idée de l’existence du gros bouton jaune sur ton nez, ni du fait que ta braguette est restée ouverte. L’angoisse! Heureusement, le miroir existe! Et pour ceux qui ont besoin de voir leur reflet toutes les dix minutes, il y a aussi les vitrines des magasins, les vitres de voitures et les écrans de téléphone. Que les filles qui ne se sont jamais prises elles-mêmes en photo pour vérifier leur maquillage me jettent la première pierre!

Un miroir intérieur
Et pour ce qui se passe à l’intérieur? Dieu nous a donné un miroir: notre conscience. Quand on se regarde honnêtement dans ce miroir, on prend conscience de nos échecs, mensonges, pensées de travers, mauvaises habitudes, paroles méchantes ou autres blessures qu’on a pu faire aux autres. La conscience nous parle de ce qui ne tourne pas rond dans notre cœur.

Notre conscience nous accuse
Alors on commence à se faire des promesses à soi-même, aux autres ou même à Dieu:
«Aujourd’hui, j’arrive à l’heure, je prends garde à ce que je mange, je ne fais pas la tête à ma mère, je renonce au shopping compulsif». Plein d’espoir, on se persuade que «le changement, c’est maintenant». Et au final, on prend conscience qu’on est toujours le même, et que «le changement, c’est jamais». On a l’impression que nos efforts ne sont jamais suffisants, qu’il y a toujours un échec ou un manquement. Et notre conscience est là pour nous le rappeler sans cesse. Parfois jusqu’à l’exaspération.

Dieu est-il sadique? Nous a-t-il donné une conscience pour nous rappeler sans cesse à quel point nous sommes incapables? Souhaite-t-il que nous nous sentions tout le temps coupables? Non! Tout comme le miroir dans lequel on se regarde le matin, la conscience nous permet de découvrir notre besoin de changement et de nous tourner vers une solution.

La salle de bains de Jésus
Passer son temps à se regarder dans le miroir ne réglera pas le problème. Ce n’est pas en me regardant dans le miroir que je pourrai me lisser les cheveux si j’ai une mèche rebelle ou que je ferai disparaître mon acné. De la même manière, prendre conscience que je mens tout le temps ou que j’ai un problème avec la pornographie ne m’aidera pas à changer. Une fois que l’on sait ce qui ne va pas, se morfondre ne sert à rien. Sinon, on commencera à culpabiliser, à avoir peur, à s’imaginer le pire, à se justifier, à s’isoler, à accuser les autres... On ajoute de nouveaux problèmes à notre premier problème.

Une fois que tu as pris conscience de ton problème, ne reste pas devant le miroir! Fais demi- tour, et tu verras que Jésus est prêt à te pardonner, et surtout à t’aider à changer. La salle de bains de Jésus est remplie de shampoings, gels et crèmes miracles. Seule cette panoplie a le pouvoir de t’aider à changer, parce qu’elle ne dépend pas de toi et ton miroir, mais de Dieu et sa puissance. «Toi donc, mon fils, puise ta force dans la grâce qui est en Jésus-Christ» (2 Tim. 2,1).

Hélène Bonhome

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°