Et si j’avais commis le péché contre le Saint-Esprit?

image: Et si j’avais commis le péché contre le Saint-Esprit?
© Alliance Presse

Les chrétiens craignent parfois d’avoir commis le péché impardonnable contre le Saint-Esprit. Bonne nouvelle, ce n’est pas possible!

«Il ne sera pas pardonné à celui qui blasphémera contre le Saint-Esprit». La Bible rapporte à trois reprises cette terrifiante parole de Jésus. Ce qui a conduit de nombreux chrétiens, au cours de l’histoire, à se poser cette question: «Et moi, est-ce que je risque de blasphémer contre le Saint-Esprit?»

Un stade élevé de rejet
Pour répondre à cette question, il faut étudier le contexte du passage, explique le théologien Alfred Kuen. Dans Matthieu et Marc, cette parole fait suite à un épisode étonnant: Jésus chasse un démon, mais les pharisiens l’accusent de le faire par le pouvoir de Satan. L’erreur des pharisiens est donc terrible: ils ont atteint un stade très élevé de rejet de Dieu. Imagine, non seulement ils refusent de reconnaître que Jésus est le Fils de Dieu, non seulement ils ont envie de le tuer, mais en plus ils disent qu’il vient du diable.

Le signe d’un endurcissement
Comment expliquer cette attitude de leur part? La Bible nous montre plusieurs cas de personnes qui se sont toujours plus endurcies contre Dieu. On peut penser au pharaon qui a refusé de laisser partir les Hébreux d’Egypte. A un moment donné, certaines personnes atteignent un point de non-retour dans leur endurcissement et dans leur révolte contre Dieu. D’ailleurs, les chapitres 11 à 12 de Matthieu, dans lequel se trouve notre passage, parlent de l’opposition des Juifs au ministère de Jésus. On en déduit ceci: blasphémer contre le Saint-Esprit, c’est être à tel point endurci et rebelle contre Dieu qu’on en vient à dire que les œuvres de Dieu sont les œuvres du diable.

Tu t’inquiètes? C’est bon signe!
Alors, les chrétiens peuvent-ils être concernés par ce péché contre le Saint-Esprit? Non! En effet, c’est une faute volontaire qui provient d’un cœur en révolte contre Dieu, suite à un long processus d’endurcissement. Tu vois que ça n’a rien à voir avec une parole que tu pourrais tout à coup prononcer comme ça sur un coup de tête. Si tu te poses cette question et que tu t’en inquiètes, c’est même plutôt bon signe, précise Alfred Kuen: «Le fait d’avoir peur d’avoir commis ce péché est la preuve que l’on n’est pas concerné!» En effet, ceux qui commettent ce péché contre le Saint-Esprit se fichent éperdument d’avoir ou non blasphémé…

Tu seras toujours pardonné!
Bref, en tant que chrétien, tu n’as pas à craindre de commettre ce péché. Et toutes tes autres erreurs sont pardonnées par Jésus-Christ s’il est le Sauveur et Seigneur de ta vie. Ce n’est bien sûr pas une raison pour pécher encore plus. Au contraire: le chrétien est naturellement motivé par le désir de plaire à Dieu et, par conséquent, de pécher toujours moins. Il ne va donc pas arriver à cette terrible faute contre le Saint-Esprit.

Définition
Dans le langage commun, blasphémer, c’est dire des paroles injurieuses extrêmement graves à propos d’une personne sacrée.

Par Jérémie Cavin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°