Edito

La vie chrétienne, c’est un état d’esprit, pas un ensemble de règles qu’on essaie de suivre à contre-cœur sans en comprendre l’intérêt. Le dossier de cette édition le montre bien: nous n’avons pas été sauvés seulement pour pouvoir dire autour de nous «Je suis chrétien», mais pour vivre une vie nouvelle. Pour prendre une image «médicale», c’est comme si on nous avait implanté un virus qui va se mettre à changer progressivement tout notre organisme, notre fonctionnement et nos réactions. Mais un virus «positif», constructif, un peu comme dans le film Lucy, où Scarlett Johansson se met à adopter des réflexes complètement nouveaux et améliorés suite à l’injection dans son corps d’un produit bizarre. Autre image bien connue: celle de la chenille qui, devenue papillon, va vivre tout à fait différemment.

Dans la vie chrétienne, donc, l’inquiétude laisse la place à la confiance. La tristesse à la joie. Les râleries et le mécontentement sont remplacés par la reconnaissance pour toutes les petites et grandes choses que Dieu nous donne. La critique perd du terrain au profit des paroles encourageantes. Ce changement quotidien concerne donc tous les domaines de notre vie. Le pasteur Gilles Geiser le rappelle: «En invitant Dieu dans ton activité, tu verras que ta manière d’être au foot ou à l’école changera ton quotidien.»

Ça fait envie, non? Un chrétien n’a jamais fini de progresser, d’évoluer positivement dans sa vision du monde, de réfléchir à la manière dont il peut vivre chrétiennement dans tel ou tel domaine. Plutôt que de le voir comme quelque chose de contraignant, de pénible, apprends à considérer cette marche chrétienne comme un défi formidable, qui dure toute la vie et qui sera récompensé au paradis.

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°