Il s'est converti avant ses parents

image: Il s'est converti avant ses parents
© Alliance Presse

Quand Dylan (20 ans) est devenu chrétien, il a eu à cœur d’être un exemple auprès de ses parents non-croyants et de ses sœurs. Peu à peu, la foi est devenue une histoire de famille…

Quand Dylan, à l’invitation de son grand frère, se met à fréquenter le groupe de jeunes d’une Eglise, c’est «d’abord juste pour les potes». Il participe aussi à des camps chrétiens: «Cela me permettait de conserver un lien avec Dieu, mais en gardant ma vie à côté, avec les sorties, etc.». D’autres de ses copains sont dans la même situation: «Nous vivions une double vie». Plusieurs ont un autre point commun avec Dylan: ils ont un grand frère chrétien. «Cela nous faisait beaucoup réfléchir, parce que nous avions vu les changements chez eux». Un été, Dylan et ses potes participent à un cours biblique d’une semaine. «Là, nous avons compris que nous devions choisir entre Dieu et le monde. Depuis, ma vie a radicalement changé: mon choix d’activités, mon comportement…»

Partager le kiff d’être avec Dieu
C’est le cas dans ses relations avec ses deux sœurs. «Avant ma conversion, c’était la misère avec elles. On ne s’aimait pas, ça gueulait et on en venait parfois aux mains. Avec mon frère, nous nous sommes alors motivés à ne pas réagir au quart de tour, à être des exemples pour elles. J’ai vu à quel point tu te sens mieux de réagir sans violence ni paroles blessantes». Dylan remercie Dieu de lui avoir donné son grand frère: «Cela m’a permis de ne pas être seul. Nous étions les deux conscients du rôle que nous avions à jouer dans la famille: partager notre kiff d’être avec Dieu». Pas toujours facile. Dylan se dit: «Si je foire, ils ne vont pas me suivre». Mais en même temps, ça lui permet d’aller plusieurs fois demander pardon: «Dur pour l’orgueil, mais c’est un témoignage fort.»

Le baptême de Dylan, un grand moment
En effet, tout cela n’est pas pour rien! «Quand ils ont vu que je m’impliquais vraiment pour Dieu, ils ont remarqué que ma foi allait plus loin que de simples paroles: elle concernait toute ma vie». Entre-temps, les parents de Dylan ont entrepris des cours de découverte de la Bible avec un couple de l’Eglise. Les gens de l’Eglise prient d’ailleurs avec persévérance pour eux. Mais le déclic n’a pas encore lieu: «Pour mon père, ça restait vachement théorique. C’était dans un livre, quoi. C’est le jour de mon baptême qu’il a été très touché. Il a vu à quel point Dieu, dans une vie, pouvait tout changer». Il se met à parler du salut avec le pasteur, puis à venir dans l’Eglise. «C’est dans cette période qu’il s’est converti. Pour ma mère, le fait de voir mon père ainsi transformé l’a fait avancer. Et mes sœurs ont été tirées en avant à leur suite; elles sont aujourd’hui impliquées dans le groupe de jeunes.»

Unis dans un même but
Aujourd’hui, Dylan observe que son père a changé dans ses relations avec ses collègues, à qui il essaie de «transmettre l’amour de Dieu». Et les rôles se sont inversés à la maison: «Mon père est parfois venu me poser des questions sur Dieu. Trop cool de pouvoir discuter de la foi avec mes parents!». Il constate combien sa famille est différente depuis que Dieu en est devenu le centre. «Je peux y voir l’amour de Dieu. Nous ne sommes pas une famille parfaite, mais nous sommes tous engagés, ensemble, dans la course chrétienne.»

Jérémie Cavin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°