«J'avais peur d'être un poids et une erreur»

image: «J'avais peur d'être un poids et une erreur»
© Alliance Presse

Mélanie est née avec une maladie chronique complexe qui ne porte pas de nom. Elle a longtemps dû livrer de grandes batailles physiques, émotionnelles et psychologiques. Aujourd’hui, elle a trouvé la vraie liberté en ouvrant son cœur tout entier à Jésus!

Dès son premier souffle, Mélanie se bat pour sa vie. Le système qui défend son corps contre les infections et les virus se retourne contre elle. Enfant, elle ne peut pas bouger, ni jouer comme les autres. Elle arrête de grandir vers l’âge de 7-8 ans et est très vite limitée dans sa mobilité. La peur de souffrir devient incontrôlable. Elle est hospitalisée deux à trois fois par an pendant plusieurs semaines. L’hôpital la traumatise. Les médecins sont messagers de mauvaises nouvelles.

«Je ne savais plus qui j’étais»
Petit à petit, les mensonges s’installent à tel point qu’elle préférerait mourir: «J’avais peur d’être abandonnée dans mes pires moments, d’être un poids, une erreur. Je me disais que si je disparaissais, tout serait plus simple et que ma famille n’aurait plus à souffrir à cause de moi…». Ado et jeune adulte, Mélanie manque de confiance en elle, redoute le regard des autres et se compare sans cesse. Elle n’a qu’une envie: cacher le plus possible sa maladie. «Je rêvais que Dieu me guérisse par miracle, mais ce miracle n’est jamais venu. Je voulais être belle comme toutes les autres filles, je voulais un copain, me marier, arrêter de dépendre des autres pour tout.»
Elle sait que Jésus est la solution à ses problèmes, mais elle ne veut pas lâcher prise. Ni ses rêves, ni ses désirs. «Il fallait que ça se passe comme moi je le voulais». A l’âge de 22-23 ans, Mélanie est fortement ébranlée, à la limite de la dépression, pensant que Dieu ne veut rien lui donner de ce qu’elle veut: «Je ne savais plus qui j’étais. J’avais l’impression d’avoir perdu toute ma dignité.»
Un tournant vers la liberté
Alors qu’elle se sent si mal dans sa peau, elle crie à Dieu: «Viens combler tous mes besoins! Tu le dis toi-même dans la Bible que toi seul suffis, alors viens me le révéler, je n’en peux plus!». Suite à cette étape, c’est comme si elle redonne son cœur à Dieu. Certaines choses qu’elle savait dans sa tête deviennent une réalité dans son cœur. Elle comprend à quel point Dieu l’aime d’un amour inconditionnel, qu’elle est désirée de lui et qu’il a un bon plan pour sa vie. Un énorme poids s’en va. «Jésus a guéri mon identité et mon image de moi. Je ne recherche plus auprès des autres ce dont j’ai besoin, je vais vers lui». Son regard s’est décentré d’elle-même pour regarder à lui. Les temps seuls avec Dieu ont fait une énorme différence. «Si nous voyons Dieu uniquement pour ses cadeaux et ce qu’il nous donne, nous manquons l’essentiel: lui. Vous imaginez si je me mariais juste pour ce que m’apporte mon conjoint?»

«J’ai trouvé mon trésor»
Quelles que soient les circonstances, Mélanie sait qu’elle peut avoir confiance en Dieu. Le soutien de ses parents, mais aussi les promesses de la Bible ont été un moteur pour se battre, par exemple celle-ci: «Je peux tout par celui qui me rend fort» (Ph. 4,13). Encouragée par sa maman, elle récitait des versets dans les moments difficiles.
Aujourd’hui, elle a 26 ans et est en dernière année de Bachelor de sciences en psychologie. Il n’y a que Dieu pour lui permettre, à elle et sa famille, de rire dans les moments les plus improbables et illogiques de sa maladie! Elle sait qu’il a la victoire malgré la bataille! «Même le regard et le jugement des autres ne m’atteignent plus, car j’ai trouvé mon trésor, et je suis complètement libérée». Il est la source de sa joie, de sa force et sa seule raison d’être!

Joëlle Lehmann

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°