«Je suis dépendante des garçons» (Dr Just)

image: «Je suis dépendante des garçons» (Dr Just)
© Alliance Presse

«Pendant une assez longue période durant laquelle j’ai mis Dieu de côté, je me suis tournée vers les garçons (et tout ce qui va avec). Durant un camp chrétien, j’ai redécouvert l’amour de Dieu pour moi et ai décidé de le remettre au centre de ma vie, car j’ai réalisé que sans lui je ne suis rien. Mais le problème, c’est que je n’arrive pas à me “détacher” des garçons, ce qui m’empêche de progresser avec Dieu. Je suis constamment tentée: parfois j’arrive à résister, d’autres fois je lâche prise. Comment ne plus être dépendante des garçons?» Esther, 16 ans

Tu as tout compris de la lutte que tu as à mener. Mettre Dieu au centre de ta vie, car sans lui tu n’es rien: c’est exactement ça! Premier remède à ton problème, donc: progresser dans ta relation avec Dieu en lisant la Bible régulièrement et en faisant de cette difficulté à te détacher des garçons ton combat numéro 1 dans la prière.
Nos pensées ont toujours besoin d’être tournées vers quelque chose ou quelqu’un. Il n’y a donc pas de miracle: «Au reste, frère, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l’objet de vos pensées» (Phil. 4,8). Le combat commence dans tes pensées. Si tu prends l’habitude d’être attachée à Dieu, de penser à lui, de l’adorer pour tout ce qu’il est et tout ce qu’il fait, ton cœur sera tourné vers le plus important. Bien sûr, cela n’empêche pas certaines pensées de vouloir y faire de la concurrence. Même des gens qui ont des dizaines d’années de vie chrétienne ont cette même difficulté. Tout le défi est d’apprendre à renoncer toujours plus à ces pensées et à se focaliser sur Dieu.
Concrètement, quand tu te mets à vouloir lâcher prise, remémore-toi des versets ou supplie Dieu de t’aider. Résister à la tentation, c’est exactement cela: on est face à un choix entre deux chemins, et le défi est d’emprunter le bon chemin, même si le mauvais chemin semble plus attrayant. C’est le cas dans tes pensées et dans ton quotidien: il faut parfois parvenir à dire «non» à un garçon quand notre cœur aurait envie de dire «oui». Tu vas sûrement le regretter juste après, mais avec du recul, en y réfléchissant, tu seras heureuse et fière de toi!
Tu as aussi besoin de personnes de référence: idéalement, une femme un peu plus âgée de toi, mais capable de comprendre ce que tu vis sans te juger. C’est toujours utile de pouvoir être redevable à quelqu’un, de pouvoir l’appeler quand on est face à un choix difficile ou à des tentations; cette personne peut prier pour toi, te conseiller, te reprendre parfois aussi.
Je ne sais pas quelle est ton attitude avec les garçons, mais tu dois peut-être désapprendre à être dans un jeu de séduction. Tu sais probablement ce qui fait frémir les gars, de même que tu sais aussi quelles sont leurs «stratégies» pour t’avoir. Reste sobre dans ce domaine, ne joue pas avec les gars. Cela peut commencer par de toutes petites choses dans l’attitude, le regard, etc. Evite aussi les lieux «tentants», les moments et les endroits où tu es particulièrement vulnérable et prompte à te laisser tenter. S’il l’on veut mettre à mal une mauvaise habitude, il faut parfois prendre des mesures radicales.
Une dernière chose: Dieu récompensera ton courage et ta volonté de progresser dans ce domaine. Tu n’es pas seule. C’est possible de gagner! Il y aura parfois peut-être quelques défaites en cours de route, mais les victoires sont censées être toujours plus grandes au fur et à mesure de notre apprentissage de la vie chrétienne.

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°