Tu recherches la gloire et l’approbation?

image: Tu recherches la gloire et l’approbation?
© Alliance Presse

Dans chaque numéro, découvre l’encouragement d’un leader de jeunesse. Christian Schneeberger, animateur des GBEU pour la région Neuchâtel, Berne, Jura, t’encourage à ne pas chercher ta gloire dans l’amour des autres.

Dans chaque numéro, découvre l’encouragement d’un leader de jeunesse. Christian Schneeberger, animateur des GBEU pour la région Neuchâtel, Berne, Jura, t’encourage à ne pas chercher ta gloire dans l’amour des autres.

Pour 3000 dollars, aux Etats-Unis, tu peux acheter six paparazzis qui te suivront partout pendant deux heures et crieront ton nom; tu auras même droit à un garde du corps et une limousine. Pour quelques centaines de francs, tu peux aussi t’acheter des milliers de «followers» sur Twitter ou Facebook, et les gens peuvent penser que tu es célèbre ou en tout cas influent sur les réseaux sociaux.

Suis-je au centre du monde?
Bref, de nos jours, on peut acheter la gloire. La culture du «I love me» pousse les gens à vouloir gonfler l’opinion qu’ils ont d’eux-mêmes. Cette volonté de se faire un nom, d’être aimé, n’est pas nouvelle : c’est le problème de l’humanité entière, désireuse d’obtenir la gloire au lieu de la donner à Dieu. Francis Chan écrivait : «Je suis assez stupide pour oublier que Dieu est au centre de l’univers, et non pas moi.»

Appuyer l’échelle sur le bon mur
Est-ce donc mauvais en soi de vouloir chercher la gloire? Non, mais le problème, c’est que nous cherchons l’approbation aux mauvaises sources, remarque JR Vassar dans Glory Hunger (éd. Crossway). Sue Stewart, une chrétienne qui a participé aux Jeux Olympiques, admet qu’elle a aussi cherché la gloire au mauvais endroit : «J’adorais le sport au point que je ne connaissais pas d’autre bonheur. Le basket était devenu mon dieu». Son rêve allait se réaliser : participer aux JO. Mais elle s’est alors rendu compte qu’elle n’était pas rassasiée : «J’ai escaladé l’échelle du succès, pour voir finalement que l’échelle ne s’appuyait pas sur le bon mur.»

Entièrement aimé, totalement accepté!
Si, comme elle, tu cherches la reconnaissance et la gloire auprès des hommes, tu seras forcément déçu. Nous aspirons à ce que l’on dise de nous : «Très bon», comme Dieu l’a affirmé après avoir tout créé. Mais ce verdict ne peut pas venir des hommes, il doit venir de Dieu. Or, quand on aurait tendance à devenir orgueilleux et à se croire formidable, la croix du Christ nous rappelle que nous ne sommes pas si fantastiques que cela, puisqu’il est mort pour tous nos manquements. Mais la croix est aussi le lieu où nous trouvons notre vraie valeur! Par pure grâce, et non en récompense de performances de notre part, Jésus est mort sur la croix pour nous. Grâce à lui, Dieu pose désormais ce verdict sur toi : «Entièrement aimé, totalement accepté». Cette valeur ne vient pas de ta bonne réputation, de tes réussites ou de ton bon salaire, mais de ce qu’il a fait pour toi.

«Ne me regardez pas, regardez Jésus!»
Si tu as compris cela, alors ton échelle est appuyée sur le bon mur et tu te reposes sur un socle solide. Dans une société où la beauté physique et les corps parfaits sont mis en avant, où la vanité n’est plus un péché mais une vertu, nous avons besoin de jeunes qui ont faim de la gloire qui vient de Dieu et non pas des hommes. As-tu toi aussi comme objectif d’aimer Dieu en retour de ce qu’il a fait et de le glorifier? JR Vassar conclut en rappelant que le chrétien ne dit pas : «Regarde-moi!» mais «Fixe tes regards vers Jésus!».

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°