Le jeu le plus généreux du monde

image: Le jeu le plus généreux du monde
© Alliance Presse

Les règles du jeu Barnabas sont simples: apprendre à s’aimer en actes dans le cadre du groupe de jeunes. Idéal pour resserrer les liens et faire du bien.

Barnabas: voilà le nom d’un «jeu» que j’ai découvert à l’école de disciples et que j’ai pu mettre en pratique en rentrant dans mon groupe de jeunes. Il a vraiment été apprécié par tous ceux qui ont joué! Le but? Aimer, encourager et soutenir quelqu’un. Rien à gagner, rien à perdre. Il suffit de faire du bien à une personne et de lui permettre à de se sentir spéciale et aimée, sans qu’elle n’ait rien à donner en retour.

Les règles du jeu
Lors d’une rencontre du groupe de jeunes, chacun écrit son prénom sur un papier et le plie de façon à ce que personne ne le voie (il faut rester anonyme tout au long de la période de jeu). On emprunte la casquette de quelqu’un (ou on vide le saladier rempli de chips) et on met tous nos petits papiers dedans. On fait tourner la casquette (ou le saladier) pour que tout le monde pioche un nom. On vérifie bien de ne pas avoir pioché son propre nom, sinon il faut recommencer (parce que ça va être difficile de se «bénir» soi-même). Attention: on reste anonyme! Sinon le jeu est beaucoup moins marrant. Il faut bien sûr se mettre d’accord sur la durée du jeu. Révéler les «Barnabas» à la prochaine rencontre reste le plus pratique, mais le temps de jeu n’a de limite que celle qu’on lui donne. La «révélation» peut être l’occasion de vivre un temps particulier au sein du groupe.

Dans quel but?
Ce jeu s’appelle «Barnabas», à cause du Joseph des Actes des Apôtres, dont le surnom vient du grec «fils d’encouragement». C’est ce Joseph Barnabas qui a poussé les apôtres à accepter Paul de Tarse après sa conversion et c’est lui qui a été le premier compagnon de voyage de Paul. Il était très généreux et avait même vendu un champ pour en donner la recette aux apôtres. Pour Malo, quoi de mieux pour montrer l’amour du Christ? «Dans la Bible, Jésus nous dit de nous aimer comme lui nous a aimés. J’aime ce jeu parce qu’il permet de vraiment vivre cet amour en actes. J’aimerais le faire plus souvent!»

Comment témoigner de l’amour?
Pour faire comme Barnabas et encourager généreusement quelqu’un, pas besoin de vendre un champ ou ta PlayStation: qui a dit que pour faire plaisir il fallait dépenser?
D’ailleurs, c’est ce qui a plu à Elodie: «C’est cool de ne pas être obligé de dépenser des sous pour faire plaisir à quelqu’un; ça fait ressortir notre créativité. On apprend aussi à mieux connaître une personne du groupe.»

Seul bémol pour Malo, c’est quand son Barnabas à elle ne se montrait pas très visible. «Cela m’est arrivé de me sentir un peu oubliée. Mais au moment de la découverte, j’ai su que mon Barnabas priait pour moi chaque jour en silence parce qu’on se connaissait peu et qu’il ne savait vraiment pas comment me faire plaisir en actes. Alors je l’ai remercié, parce que la prière, ce n’est pas rien!»
Idéal pour la rentrée, s’il y a des nouveaux dans le groupe de jeunes ou des timides à faire sortir de leur cocon!

Par Marine Muller

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°