L’apologétique décryptée

image: L’apologétique décryptée
© istockphoto

Bon pour sa propre pensée

Parler de sa foi (et parfois devoir la défendre) permet aussi de structurer sa propre pensée.
As-tu déjà participé à une rencontre entre chrétiens convaincus et personnes en recherche? Il n’est pas rare que les premiers en ressortent également grandis grâce aux interrogations des seconds.
«Devoir aborder des questions qu’on ne s’était plus posées depuis un moment ou qui nous paraissaient simples est un excellent exercice.
Ça nous permet de construire solidement notre foi et de clarifier nos idées», témoigne Michel, qui a pris part à de telles réunions. Michael Bassin

Au royaume des mots compliqués et utilisés par les chrétiens, celui de «l’apologétique» trône en très bonne place. Explications.

L’apologétique, c’est une discipline intellectuelle qui consiste à prouver la rationalité, voire même la logique d’une religion. Le mot apologie vient du grec ancien «apologia», que l’on traduit par justification ou défense. En clair, l’apologétique c’est exprimer clairement sa foi avec des arguments structurés.
Le plus souvent, on parle de l’apologétique comme d’un exercice «littéraire» pratiqué par des théologiens qui cherchent à défendre leur croyance. Toutes les religions développent un minimum cette discipline, car son principe est d’expliquer pourquoi les dogmes de telle religion sont plus justes via-à-vis de ceux des autres. Elle a souvent une connotation religieuse, mais l’apologétique peut s’appliquer à d’autres domaines. D’ailleurs, au départ elle n’était pas simplement du domaine du religieux! Platon a écrit une Apologie de Socrate, car il voulait défendre ce philosophe.

Défendre sa foi avec structure
Au début du développement de cette discipline dans le christianisme, son but est de démontrer que les détracteurs de la «nouvelle religion» ont tort de la critiquer. D’après les épitres de Paul dans la Bible, le chrétien doit défendre sa foi avec structure. L’apologétique permet cela! Le christianisme ayant été mal perçu à ses débuts, la pratique de l’apologétique a permis à la foi chrétienne de se répandre mais aussi de se défendre dans les sphères intellectuelles de la société.
Parmi les premiers apologètes (donc un théologien qui pratique l’apologétique), on retrouve un certain Lactance (250-325 après JC), païen converti au christianisme. Un Romain instruit par les intellectuels de son temps qui choisit de défendre le christianisme face au polythéisme. Voici un extrait de son travail, tiré de l’œuvre «Institutions divines»: «Quel est l’homme assez grossier, et dont l’esprit et les mœurs soient si sauvages et si brutes, qui, levant les yeux au ciel, ne soit convaincu de la nécessité d’une providence, quoiqu’il puisse ignorer quel est le Dieu qui la fait agir, lorsqu’il vient à contempler la disposition des corps célestes.»

Encore d’actualité
L’apologétique est toujours pratiquée à l’heure actuelle! Tu peux notamment retrouver sur internet Ravi Zacharias, dont le ministère international tend à enseigner l’apologétique via des cours en ligne. D’ailleurs, d’après celui-ci, l’apologétique ce n’est pas débattre, mais dialoguer avec respect pour celui qui ne défend pas les mêmes arguments que nous.
Tu l’auras compris, l’apologétique est un terme assez large qui regroupe philosophie, réflexion, dialogues, débat, idées et théologies.

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°