Libéré des drogues après avoir crié à Dieu

image: Libéré des drogues après avoir crié à Dieu
© istockphoto

Ecstasy, speed, LSD: Joël s’est aventuré à consommer plusieurs drogues de synthèse. Jusqu’à ce qu’il fasse une expérience qui a bouleversé sa vie!

Rien ne laissait supposer à ce que Joël se fasse prendre dans l’engrenage de la drogue. «J’ai eu une enfance et une scolarité plutôt normales», se souvient ce gars né en Moselle (F). Mais, vers 13-14 ans, arrive l’étape du Collège. «J’ai commencé à rencontrer d’autres personnes et à faire comme elles.» C’est là que Joël commence à griller clopes et joints. «C’était tellement répandu, ça ne me paraissait pas si grave.»

Les années passent et Joël s’éclate dans l’univers house. Les soirées se succèdent. «Je traînais avec des personnes plus âgées, qui vivaient d’autres expériences. Voilà comment, le soir de mes 16 ans, j’ai pris ma première ecstasy.»

En l’absence de bad trip, Joël ne voit pas le danger à consommer toujours plus de pilules. Puis il essaie le speed et le LSD. Une nouvelle fois, les conséquences désastreuses de ces drogues de synthèse ne se font pas remarquer immédiatement. «Je n’étais pas en état de manque, j’avais réussi mon baccalauréat et mon BTS, et j’arrivais à me lever le matin pour aller au travail. Bref, je ne voyais pas le risque.» Pourtant, cette consommation le ronge à petit feu.

A genoux dans son salon
Pour Joël, Dieu est un personnage bien lointain à l’époque. «J’avais tourné le dos à Dieu à 14 ans lorsque j’avais arrêté d’aller à la messe. Il me gonflait. Je parlais latin mais je ne comprenais pas ce que je racontais.» Un jour, alors qu’il avait commencé à dealer des ecstasys pour se faire quelques billets, Joël se rend compte que sa vie sombre.

Seul dans son salon, il se met à genoux et crie à Dieu. «Je lui ai dit: si tu existes, j’aimerais un boulot avec lequel je gagne assez d’argent pour ne plus devoir dealer. J’aimerais aussi une femme avec laquelle je peux passer le restant de ma vie.» A Dieu, Joël décrit même physiquement l’épouse avec qui il aimerait faire sa vie. «Je lui ai promis qu’en cas d’exaucement, j’arrêtais mes conneries et j’irais tous les dimanches à la messe.»

Ce qui devait arriver arriva. Joël reçoit une offre d’emploi dans une entreprise en Suisse. Avec des conditions salariales incroyables. Six mois après, dans le cadre de son job, il rencontre une fille avec qui le courant passe bien. Physiquement, elle correspond à ses rêves. Elle s’appelle Sylvie et est fille de pasteur. «On s’est mis ensemble. Sylvie a alors découvert mon univers. Elle a été choquée. Elle m’a dit que je devais choisir entre ma vie ou elle.»
Joël et Sylvie se séparent. «J’avais mal au cœur et j’avais besoin de me faire aider. Comme Sylvie m’avait toujours dit que son père, pasteur, était disponible pour m’écouter, je suis allé le voir.» Un moment décisif. «Il a prié pour moi et j’ai ressenti beaucoup d’amour.»

Ose faire l’expérience!
Sylvie et Joël se remettent ensuite ensemble. «J’ai commencé à grandir avec Dieu et à lire la Bible. J’ai remarqué que je devais faire du tri dans mes mauvaises influences.» Grâce à la prière, la vie de Joël prend alors une tournure complètement différente. Étape par étape, combat après combat, il délaisse la drogue. Toutes les drogues. «Je voyais qu’il était possible d’être heureux sans ces addictions. Le vrai bonheur en fait.» Puis, il se fait baptiser. «Dieu m’a tout donné, c’était à moi d’en faire de même.»

Le parcours de Joël et Sylvie n’a pas été facile tous les jours. Mais aujourd’hui, ils sont les heureux parents de deux enfants. Et professionnellement, Joël s’épanouit. «Dieu a décidé d’agir dans ma vie parce qu’un jour je le lui ai demandé. Oui, demandez et vous recevrez, frappez et l’on vous ouvrira! Dieu a une solution pour chacun. La prière est puissante et gratuite. Il faut juste oser faire l’expérience!», assure Joël. 

Par Michael Bassin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°