L’homme est-il un animal comme un autre?

image: L’homme est-il un animal comme un autre?
© istockphoto

En voilà une de question pas bête… Jean-René Moret, pasteur à l’Église Évangélique de Cologny (Suisse), y répond.

Tu as peut-être des personnes autour de toi qui sont devenues vegan: elles ne mangent plus ni viande, ni lait, ni poisson, ni rien qui vienne d’un animal. Elles ne veulent plus non plus acheter de produits fabriqués à base d’animaux (cuir, etc.) ou testés sur des animaux. Elles ont diverses motivations. Ça peut être leur ligne ou leur santé. Ça peut être la protection de l’environnement. Mais beaucoup diront que c’est par respect pour les animaux. Les animaux auraient les mêmes droits que les hommes. Il serait injuste de les exploiter pour notre nourriture et nos besoins.

Cette motivation, c’est ce qu’on appelle l’anti-spécisme. Le spécisme, ce serait le fait de privilégier notre espèce aux dépens des autres espèces. Pour un anti-spéciste, le spécisme est au même niveau que le racisme ou le sexisme: c’est une discrimination injustifiée. L’homme serait un animal parmi les autres, sans plus ni moins de valeur que les autres.
Si on regarde nos corps, c’est vrai qu’on ressemble à des animaux. On a les mêmes organes. Nos cellules fonctionnent presque de la même manière. On peut faire des expériences sur des animaux pour apprendre des choses sur l’homme. Alors, ne sommes-nous que des animaux?

Responsable de la création
Ouvrons maintenant la Bible. C’est vrai que l’homme fait partie du règne animal. Il est créé le même jour que les animaux (le sixième). La Bible appelle les animaux «êtres vivants», et l’homme aussi est appelé «être vivant». Mais ce n’est pas tout. L’être humain est fait à l’image de Dieu. L’humanité est appelée à garder la terre et à la cultiver. Autrement dit, l’homme est responsable de la création. Et une autre différence, c’est que l’homme s’est détourné de Dieu et est devenu méchant. Les animaux ne sont pas assez responsables pour être bons ou mauvais. L’homme était bon et est devenu mauvais.

Et tu sais quoi? Les anti-spécistes démontrent tout cela. Ils demandent à l’homme de changer son comportement envers les animaux. Mais ils ne demandent pas au lion de changer son comportement envers la gazelle, ni aux criquets d’économiser la verdure. Ils savent avec raison que l’homme est responsable de son environnement et de sa conduite, et que les animaux ne le sont pas. En demandant à l’homme de se conduire autrement, ils montrent aussi que l’homme agit mal, alors qu’il pourrait agir bien. Ils prouvent sans le vouloir que l’homme est appelé à être meilleur, et qu’il est devenu mauvais. Si l’homme était un animal comme un autre, ils devraient le laisser suivre ses instincts et manger ce dont il a envie.

Mais en fait, l’homme est créé à l’image de Dieu. Il a une responsabilité particulière envers la création. Il a une valeur spécifique que les animaux n’ont pas – c’est pour cela que Dieu autorise l’homme à manger des animaux, mais pas à être cannibale. L’être humain peut mal faire, et il a besoin du salut que Dieu offre en Jésus-Christ. Nous sommes responsables de la nature et des animaux, mais ils n’ont pas la même valeur que les humains faits à l’image de Dieu.

Par Jean-René Moret

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°