Comment faire pour que ma foi ne dégringole pas après un temps fort en groupe?

Les conseils de Pascal Grosjean, responsable «jeunes adultes» à la Ligue pour la lecture de la Bible

Après un camp de ski ou un super week-end, le retour à la vie ordinaire est souvent difficile. Qu’est-ce qui provoque ce sentiment de déprime?
La perte de ce qui nous a apporté un sentiment de joie et d'enthousiasme durant le camp: les émotions, la dynamique de groupe, le sentiment de ne pas être seul (contre tous). Tout ça nous porte. Ce qui nous porte aussi, c’est le sentiment de sortir de son quotidien, de ses contraintes, de son rythme habituel, de vivre un temps intensément. Pendant ces camps ou ces week-ends, on vit aussi sa foi avec les autres; on voit Dieu à l’œuvre dans leur vie et on s’encourage mutuellement. D’autre part, il y a cette promiscuité, une part d'intimité partagée qui donne le sentiment de vivre vraiment. Ce n'est sans doute pas qu'un sentiment subjectif, mais aussi une composante première de l'Église: la communauté.

Comment faire pour garder ce qu'on a reçu pendant des temps forts?
On peut commencer par accepter qu'il y a des hauts (les temps forts) et des bas (les temps plus «ordinaires») et que cela fait partie des fluctuations de la vie. Nous vivons des cycles, des vagues, des saisons: c'est ainsi qu'est faite toute la Création.
On peut également se rappeler que si la vie communautaire et ses temps forts duraient plus longtemps, il y aurait aussi à coup sûr des «bas»!

Comment gérer le fait d'avoir besoin de «ressentir» Dieu pour être sûr qu'il est là - d’avoir besoin d’émotions fortes comme durant ces camps?
Il y a des moments où l'on ressent très fort la présence de Dieu et d'autres où on ne la ressent pas vraiment et c'est souvent là que l'on doute de sa foi en Dieu.
La Bible donne beaucoup d'exemples où la foi a réellement eu un rôle de premier ordre dans la vie des gens et c'est rarement lorsque tous les signes, les sentiments, les circonstances étaient favorables. La foi se vérifie dans l'adversité. Ça ne veut pas dire qu'elle est absente lorsque tout va bien, mais il y a un choix de base à faire, un choix par lequel on dit: «je veux te faire confiance, Seigneur, et m'appuyer sur toi quelles que soient les circonstances, parce que tu es Dieu, que tu m'as sauvé et que tu m'aimes».

Comment alors booster sa foi au quotidien?
En se souvenant que la foi a rapport avec la confiance. Faire confiance, cela signifie qu’on n’est pas tout le temps en train de vérifier. Se baser sur le ressenti, c'est chercher à vérifier la présence de Dieu, sa puissance ou notre capacité à l'accueillir. Car c'est souvent notre état qui détermine si nous le ressentons ou non! Dieu est toujours là, ce qui n’est pas le cas de notre disponibilité à le recevoir, ou à le ressentir. Faire confiance à Dieu pourrait devenir le premier objectif de notre vie spirituelle!
Entre deux événements qui nous boostent, on peut décider de profiter d’un plus grand isolement pour travailler sa foi, écouter, apprendre les paroles de Dieu dans la Bible, s'en imprégner. En apprenant la confiance, petit à petit, on sera moins dépendant de ces moments forts et on pourra les vivre en pleine liberté.

Interview: Natasia

© Alliance Presse - toute reproduction interdite

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°