Et si tu faisais un bilan de tous tes péchés?

image: Et si tu faisais un bilan de tous tes péchés?
© Alliance Presse

On dit souvent: «Je n’ai jamais tué, je ne suis pas une personne si mauvaise». Mais si on creuse un peu, on se rend compte qu’on a plein de petits défauts pas très glorieux. Just4U te propose très pratiquement de faire le point sur ta vie. Pas pour te culpabiliser, mais pour t’aider à avancer.

C’est quoi, tes points faibles, tes péchés, les trucs dont tu n’es pas fier? Un jour, il y a huit ans, je me suis posé cette question. J’ai allumé mon ordinateur et commencé à écrire une longue liste de toutes les choses qui m’empêchaient de vivre une vraie intimité avec Dieu. Et là, je me suis surpris moi-même à trouver douze domaines dans lesquels je luttais vraiment (et j’en ai oubliés).

«Trop cool pour ta vie», me diront certains. Et alors, ça te sert à quoi? Je crois que tu serais vachement inspiré de faire le même exercice. C’est ce que je me suis dit en retombant sur ce fameux document top secret. Voilà quatre leçons que j’en ai retirées.

1. Mes luttes d’autrefois sont les mêmes que celles d’aujourd’hui
Si tu es maintenant d’un naturel impatient (comme moi), tu devras certainement lutter toute ta vie avec ça. Nous sommes tous vulnérables sur des points différents: pour certains ce sera un fort désir de draguer ou de se la péter, pour d’autres un combat terrible avec les convoitises sexuelles, pour d’autres un problème d’anxiété et de confiance en soi, pour d’autres enfin une attirance terrible pour l’alcool et une vie de «petite racaille», et j’en passe. Cela m’a interpellé de voir que les domaines où j’étais faible à l’époque le sont pour la plupart toujours aujourd’hui: j’ai encore et toujours une tendance à l’impatience, à l’inquiétude et aux critiques, par exemple.

2. On fait des progrès
La bonne nouvelle, c’est qu’en huit ans on fait du chemin! Par exemple, j’avais une peur effroyable de l’inconnu et je me débattais pour faire confiance à Dieu. Aujourd’hui, j’ai encore ces petites appréhensions face aux défis de la vie, et je dois parfois me faire violence pour me dire que «Dieu gère». Mais je suis bien loin de ces pseudo crises d’angoisse et de cette incapacité à profiter de la vie à cause de l’inquiétude.
Je te donne un autre exemple. Dans mon fameux document, j’ai écrit: «Si on me rentre dedans, je deviens parfois fou de rage, intérieurement si les circonstances m’empêchent d’éclater, extérieurement si je suis à la maison». Une vraie boule de nerfs! Maintenant, j’ai toujours un caractère impulsif, mais mes amis te diront que c’est «largement moins pire».
--PAGE--
3. Dieu agit, nous aussi
Si l’on progresse, ce n’est pas grâce à nous! La Bible dit que Dieu est à l’origine de notre sanctification (c’est-à-dire le fait de devenir toujours moins pécheurs) et de la maturité chrétienne que nous acquérons peu à peu. Il utilise toutes sortes de moyens pour nous transformer: cela peut être un ami qui, un jour, te casse sur l’un de tes défauts; cela peut être un gros échec qui t’amène à une remise en question; cela peut être une prédication biblique, etc.
Ta part, dans cette histoire, c’est de prendre de bonnes résolutions et de demander le secours de Dieu pour avancer et pour progresser. Tu as besoin de prier pour demander pardon quand tu foires et besoin de te rappeler que Dieu t’aime même si tu chutes. Tu as besoin de te nourrir de la Bible pour connaître ce qui est agréable à Dieu, besoin aussi de prendre parfois des décisions radicales pour couper avec des habitudes ou des amis franchement pas terribles.

4. Cela dure toute la vie, sois patient avec toi-même !
Croire que toutes tes tentations et tous tes péchés disparaîtront du jour au lendemain, c’est utopique. La Bible montre que la marche vers la maturité chrétienne dure toute la vie. La conséquence, c’est que tu ne dois pas te lamenter quand tu remarques que tu n’as pas progressé autant que tu l’aurais souhaité. C’est tout à fait juste de prendre de bonnes résolutions et de dire: «Depuis aujourd’hui, j’arrête de… ». Et cette attitude est bien meilleure que de penser: «De toute façon, Dieu m’a pardonné, alors je continue ma vie». Mais le jour où, alors que tu avais dis «Stop», tu redis ce gros mot, tu vas revoir ces images érotiques, tu joues au héros devant tes copains, tu jalouses cette insupportable rivale, tu envoies péter tes parents, tu te prends une cuite: ce jour-là, ne te dis pas que tout est fichu. Au contraire, relève-toi et continue.

Alors, es-tu prêt à te lancer dans ce grand défi de la maturité chrétienne? Première étape, installe-toi devant ton ordinateur et réfléchis à tout ce qui, dans ta vie, te déçoit. Tu auras un point de repère et, dans cinq ans, tu pourras te dire: «Ouah, Dieu a bossé avec moi!»

Jérémie Cavin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°