Il parle de Dieu dans la rue à 15 ans

image: Il parle de Dieu dans la rue à 15 ans
© Alliance Presse

Raphaël a un nouveau trip : il va parler de Jésus aux gens dans la rue. Il te raconte comment il vit cette aventure évoque les réactions des gens...

Tu t’imagines aux abords d’un immense centre commercial, un samedi, à parler de Jésus aux gens dans la rue? C’est ce que fait Raphaël, 15 ans, depuis huit mois. «Cela a commencé quand mon pote Etienne m’a dit qu’il allait chaque semaine près de Balexert, à Genève, pour parler de Jésus aux gens. J’ai directement accepté de venir.»

«J’ai pris de l’assurance»
Les deux amis se retrouvent donc devant leur Eglise à 14 heures. Première activité : prier. Etienne donne ensuite ses «instructions» à Raphaël, en expliquant surtout qu’il faut aborder les gens en douceur. Et Raphaël est prévenu des réactions des gens, qu’il va retrouver chaque samedi : «Soit on se prend un vent, soit on pose quelques questions, qui portent vite sur Jésus et sur la foi». Au début, il y a certes un peu de gêne. Mais elle disparaît vite. «Petit à petit, j’ai pris de l’assurance!», témoigne Raphaël.

Gens vraiment touchés
Etienne et Raphaël ont-ils vu les fruits de leur action au fil de semaines? «Les conversations ne durent pas toujours très longtemps. Mais les “Jésus t’aime” à la fin ont touché beaucoup de gens», se réjouit le Genevois. Un samedi, ils croisent une dame en béquilles. Alors qu’ils s’apprêtent à prier pour elle, elle s’en va prendre le bus. Un peu déçus, les «évangélistes» sont pourtant heureusement surpris de la retrouver quelques semaines plus tard. Feu! «Nous avons saisi notre chance, couru vers elle et prié pour elle. Une larme a coulé au coin de son œil. Elle nous a remerciés et est repartie le cœur léger», se souvient Raphaël.

Des dizaines d’histoires
La découverte, c’est aussi qu’il ne faut pas toujours se fier aux apparences. Un jour, Raphaël et Etienne sont tombés sur un groupe qui leur paraissait un peu inquiétant. Mais au bout de quelques échanges, ils se sont rendu compte qu’ils étaient aussi chrétiens! Ils ont prié ensemble et eu de très bonnes discussions. Des histoires de ce type, Raphaël pourrait en raconter des dizaines.

Parler de Jésus, mieux que geeker?
Mais tout ne réussit pas toujours aussi bien. Beaucoup de gens les prennent pour des fous ou des drogués. «Certains nous trouvent ridicules et nous insultent». Mais il en faudra davantage pour décourager Raphaël! «En “sacrifiant» un samedi à geeker ou à sortir, on fait la différence, on prouve au monde que le christianisme n’est pas mort. Des âmes viendront à Jésus, et ça vaut la peine!»

En plus, plusieurs personnes et amis se sont joints à Etienne et Raphaël au fil des semaines. Ensemble, ils prient pour toutes sortes de gens : des personnes âgées, des chrétiens, des musulmans, des malades. Le mouvement est lancé!

Guillaume Saehr

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°