Tu peux changer le monde avec un seul organe: la langue!

image: Tu peux changer le monde avec un seul organe: la langue!
© Alliance Presse

Pour aller plus loin :

L’encouragement (Sator et JEM), Lawrence Crabb et Dan Allender Estime de soi, estime de l’autre (Excelsis), Alister et Joanna McGrath

«T’es nul!», «pétasse!», «sale c…!». Et je passe toutes les autres insultes que tu peux entendre dans une cour d’école, dans la rue et à la télévision. A force de les entendre, elles te deviennent familières. Et peut-être que tu les dis aussi?

Comment inverser la tendance, devenir un «encourageur» et faire la différence avec tes paroles? Dieu t’appelle à changer les mentalités, pas seulement dans ton groupe de jeunes, mais aussi dans la cour d’école et dans la rue…

Les paroles transforment l’identité
Une psychologue écrivait que «les personnes qui nous entourent influencent la façon dont nous nous voyons». Pire encore, «ils influencent la façon dont les autres nous considèrent». Ainsi, si quelqu’un dit de toi que tu es «cool» ou que «c’est un bonheur de pouvoir te côtoyer», il y aura un double effet : non seulement tu seras mis en valeur, mais les autres auront aussi une meilleure opinion de toi. A l’inverse, si tu traites quelqu’un de menteur, les autres pourront finir par croire que c’en est vraiment un.

Quelle est ta valeur?
Dans la société, ta valeur fluctue au gré des opinions. Ce constat est angoissant. «Qu’est-ce qu’ils vont penser de moi si j’agis de telle ou telle façon?». L’opinion des autres devient paralysante ou t’amène à faire le mouton et copier ce que font tes amis. Rappelle-toi pourtant qu’avec Dieu, ta valeur ne fluctue pas. Elle est toujours la même, c'est-à-dire élevée!

L’encouragement, un bel objectif!
«La mort et la vie sont au pouvoir de la langue» (Pr. 18,21). Et si… Dieu t’appelait à avoir des paroles de vie? «Chaque chrétien, quels que soient ses dons ou sa formation, est appelé à encourager les autres», écrivaient Crabb et Allender, deux psychologues, dans L’encouragement (éd. Sator et JEM). C’est bien joli, mais comment y arriver?


1. Dépasse les relations superficielles
Crabb et Allender t’invitent à être vrai, à ôter ton masque. Essaie de te concentrer sur les personnes que tu as en face de toi, de leur accorder de la valeur.

2. Ne manipule pas les gens
Dans nos relations, ne cherchons jamais à utiliser les autres pour obtenir quelque chose en retour. Du genre dire à un copain comme il est gentil, beau et intelligent, puis directement lui demander 10 balles…
Tu te dis peut-être : «Super, c’est convaincant, je vais mettre ça en pratique. Je vais faire attention à mes paroles et je vais dire plein de compliments à tout le monde pour les encourager». C’est déjà bien, mais il y a encore un conseil : sois toujours à l’écoute!

Ecoute avant de parler!
Pour être un bon «encourageur», ne te hâte pas de parler. Souvent, lorsque quelqu’un te parle, tu prépares déjà ta réponse, sans l’écouter. Si, au contraire, tu écoutes vraiment ce qu’il est en train de te raconter, les paroles que tu diras ensuite répondront à ses préoccupations. Tu l’encourageras mieux parce que tu auras entendu ce qu’il voulait te dire.

On pourrait encore donner plein de conseils sur l’encouragement, mais garde surtout cette idée à l’esprit : qui que tu sois, Dieu peut t’utiliser pour encourager les autres, car tous les chrétiens sont appelés à cela. Et cela commence par tes paroles.

Christian Schneeberger

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°