Dossier: L’aide à portée de main

image: Dossier: L’aide à portée de main
© Alliance Presse

Qui dit épreuve, dit besoin d’aide. Mais à qui s’adresser et à quel moment? Rosalba Sambati, directrice d’un centre chrétien de relation d’aide et d’art thérapie à Morges, en Suisse, donne quelques pistes

A quel moment est-il indiqué pour une personne traversant une épreuve de demander de l'aide?
Nous avons toutes besoin, à un moment ou à un autre de notre existence, d'une oreille attentive et bienveillante, d'une écoute professionnelle en toute confidentialité. Le problème est que notre société banalise souvent le mal. Or, pour demander de l’aide, il ne faut pas attendre que la souffrance et le mal s’amplifient et deviennent handicapants. Regarder en face la négativité de notre vécu constitue la première étape d’une prise en considération de sa propre douleur. Dans ce parcours, il faut être conscient que pour faire émerger du nouveau, il faut toujours risquer une perte, tout en se souvenant que l’acte humain demeure ouvert. On peut toujours le reprendre et lui donner une autre signification. Projetons-nous vers l’avenir et ne restons pas enfermées dans un passé inexorable ou un avenir préétabli et bouché!

Comment déterminer à qui s'adresser pour trouver cette aide, entre le pasteur, le curé, le thérapeute en relation d’aide, le coach professionnel et le psychologue chrétien?
Dieu place souvent sur notre route les personnes dont nous avons besoin. Dans un premier temps, des amis, un pasteur, un livre ou un site internet peuvent constituer une ressource qui nous aide à nous situer. Il s’agit d’abord de trouver un lieu d’écoute et d’expression de cette douleur qui nous habite. Elle est importante et mérite d’être reconnue, prise en compte. Dans ce parcours, un problème peut en cacher un autre... Et notre personnalité est d’une grande complexité. Pour enfin amorcer un vrai changement, nous avons besoin d’être écoutée, validée, consolée par un autre que soi.

Quelle sorte de soutien va pouvoir m'apporter cette personne?
Pour ce qui est de la personne aidée, il est important qu’elle sache définir son attente, sa requête, mais aussi qu’elle voie dans le professionnel une personne qui s’appuie sur plus grand qu’elle. Et quel que soit le choix du thérapeute ou de la thérapie, il est important pour la personne aidée de se poser au moins trois questions:
- La personne du thérapeute me convient-elle?
- A-t-elle les compétences nécessaires pour répondre à ma demande?
- La thérapie proposée est-elle en cohérence avec mes valeurs?

Un encouragement nous aide dans tous les cas à avancer: Car je connais les projets que j'ai formés sur vous, dit l'Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l'espérance (Jér. 29,11).

Propos recueillis par Sandrine Roulet

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°