Emmanuel, un voleur repenti

image: Emmanuel, un voleur repenti
© Alliance Presse

Pendant des années, Emmanuel a volé de l’argent autour de lui. Jusqu’au jour où Dieu l’a convaincu d’arrêter et de tout rembourser

Le vol, ça a vite été le problème «number one» d’Emmanuel. «Alors que j’étais tout petit, j’ai commencé de piquer tout le temps des sous à mes parents». Pour acheter quoi? Des bonbons, bien sûr! Pas seulement parce qu’il les aimait, mais aussi parce qu’il était un peu en manque d’affection. «A l’époque, j’étais souvent mis de côté. Alors quand j’avais des bonbons, mes copains venaient vers moi et je me sentais aimé.»

Percuté par un verset biblique
Les mauvaises habitudes, c’est dur à s’en débarrasser. Les années passant, Emmanuel continue de voler de l’argent, principalement à ses parents, pour s’acheter des jeux, à manger, etc. Plusieurs fois, il essaie d’arrêter, mais la bonne résolution ne tient même pas une semaine. Un jour, pourtant, il reçoit un mail d’une amie, avec ce verset biblique: «Que votre conduite ne soit pas inspirée par l’amour de l’argent; contentez-vous de vos biens actuels, car Dieu lui-même a dit: “Je ne te délaisserai pas ni ne t’abandonnerai”» (Héb. 13,5). Emmanuel est carrément scotché. Le plus incroyable, c’est que la fille en question s’est trompée de destinataire. Mais cela amène Emmanuel à lui parler de sa dépendance. C’est un premier pas: «A chaque fois que je me remettais à voler, je pensais à elle et cela m’aidait. Mais je n’ai quand même pas réussi à arrêter.»


«Tu dois tout rembourser!»
Pendant une soirée d’un camp chrétien, durant l’hiver 2010-2011, les choses bougent. Emmanuel ressent le besoin de demander à l’orateur du jour de prier pour lui. Celui-ci l’assure que sa dépendance au vol est désormais derrière, mais il lui lance un défi: «Maintenant, tu dois tout rembourser». Facile à dire, surtout quand on a volé de l’argent pendant des années! Emmanuel veut pourtant faire ce pas: il dresse une liste de tout ce qu’il a piqué et prend la décision de tout rembourser. Mais 10'000 francs suisses (8300 euros), c’est quand même une sacrée somme! Et de retour à la maison, il se met à avoir peur de la réaction de son entourage et n’a plus tant envie que ça de faire le pas…

«Je suis totalement libéré!»
Trois semaines plus tard, pourtant, un culte à l’Eglise invite les participants à mettre leur vie en règle avec Dieu. «Cela m’a fait réfléchir, je ne me sentais pas en paix de n’avoir pas remboursé ce que j’avais volé. Le lendemain, je suis allé retirer de mon compte ce que j’avais économisé grâce à mon apprentissage». Emmanuel glisse tous ces billets dans une enveloppe, la donne à sa mère et prend ses jambes à son cou. Compréhensive, elle lui écrit un message: «Je suis heureuse que tu sois revenue sur le droit chemin!». Depuis, Emmanuel ne vole plus et cela ne lui manque pas. «Je suis maintenant totalement libéré et je ne ressens aucune culpabilité!»

Jérémie Cavin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°