De la drogue à la lumière

image: De la drogue à la lumière
© Alliance Presse

Durant l’adolescence, Joëlle sombre dans la drogue, pas à pas. A 18 ans, elle se retrouve cloîtrée dans l’enfer de l’héroïne. Puis, elle fait une rencontre…

«A ce moment, mon copain a senti que Dieu le mettait devant un choix: faire ce qu'il s'apprêtait à faire et nous allions nous enfoncer toujours plus dans la drogue; ou se tourner vers Dieu qui nous aiderait à nous sortir de là. Heureusement, il a fait le bon choix», confie Joëlle. Il va ensuite la réveiller et lui dit en pleurant: «J’ai peur pour toi, Joëlle. Il faut que tu arrêtes la drogue, que nous nous tournions vers Dieu. Il va nous aider à arrêter». Alors elle lui répond: «Ouais, d’accord. J’arrête.»

Le chemin de la déchéance
Avant ce jour inoubliable, le chemin a été long. Joëlle touche sa première cigarette et prend sa première cuite à douze ans. A quatorze ans, elle fume son premier joint. Seize ans, c’est l’arrivée des scarifications. Cette pratique lui permet de dévier la douleur et le mal-être intérieurs sur une souffrance physique. Puis la cocaïne entre en scène à ses 17 ans, pour jeter aux oubliettes la haine qu’elle éprouve contre elle-même. Changement de fréquentations, changement de drogue: place à l’héroïne à 18 ans.
Polytoxicomane, Joëlle arrête le gymnase en deuxième année, quitte son travail et part de chez ses parents. A ce moment, elle n’a plus ni autorité, ni obligations, ni limites. Une seule chose compte: la dose d’héroïne. Joëlle se lance dans la vente de drogue pour «gagner sa vie» et ne rien faire d’autre que des injections de produits opiacés. Son idole? Sid Vicious, bassiste des Sex Pistols, mort d’overdose à 21 ans.

Révélation d’un soir
Suite à une dispute de couple, son copain qui fume habituellement l’héroïne, décide de se l’injecter. Anciennement chrétien, même baptisé, il vit une révélation, qu’il partage avec sa copine. Il prend conscience que s’il se pique, il s’engage sur un chemin sans issue. Il en parle avec Joëlle. Suite à cela, ils décident d’accueillir le Christ dans leurs vies et de changer.
A la force de la prière, Joëlle se sèvre de l’héroïne en deux semaines et de la marijuana en trois. Après trois mois, la cigarette sort de sa vie. Elle qui ne croyait pas en Dieu avant cette expérience! Elle reprend même le gymnase, directement en troisième année. Et six mois après avoir arrêté la drogue, elle se marie avec son copain.

Une confiance totale en Dieu
«Avec Dieu, j’ai trouvé un sens à ma vie. J’ai appris à m’aimer et c’est très pratique pour vivre le verset "aime ton prochain comme toi-même"». Joëlle s’émerveille des possibilités qu’il apporte de s’améliorer et de corriger ses fautes; de l’encouragement et des forces qu’il donne. Tous les jours, elle prend un petit moment pour prier, pendant qu’elle nourrit son fils ou fait la lessive. Elle profite de ces instants pour lui remettre toute chose, des amis ou de la famille. Car elle a une confiance totale en Dieu. Elle sait qu’il ne la laissera jamais tomber et qu’elle ne sera jamais déçue.

Par Samuel Maire

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°