Ils se sont fait baptiser

image: Ils se sont fait baptiser
© Alliance Presse

Peut-être que tu as un jour assisté à une scène étrange alors que tu te promenais au bord d’un lac: des gens qui se plongent entièrement dans l’eau et en ressortent avec le sourire, sous les applaudissements d’une petite foule. Dans les Eglises évangéliques, le baptême est très important. Six personnes racontent pourquoi elles ont fait ce choix.

Marièle, 17 ans

Marièle s'est fait baptiser à 15 ans. «Pour moi, cet acte signifie que j’affirme publiquement que je donne ma vie à Jésus et que je veux vivre avec lui». Mais c'est aussi un moyen d'avancer dans sa vie avec Dieu et dans sa foi: «Cela a changé ma vision des choses». Depuis ce jour, Marièle a appris à mieux connaître Dieu, même si elle avoue qu’elle a encore beaucoup à apprendre.
Avant de se faire baptiser, Marièle a suivi une préparation au baptême qui l'a aidée à prendre conscience de son engagement. Le jour J, elle savait ce qu'elle faisait et pourquoi elle le faisait. «Je retiens beaucoup de joie de cette journée.»


Etienne, 18 ans

Etienne a choisi de se faire baptiser en mars de cette année, après avoir vécu pendant longtemps «avec un pied dans le monde et l’autre dans l’Eglise». Chaque été, il participait à des camps chrétiens et en ressortait avec «plein de feu pour Dieu», mais il finissait toujours par s’éloigner à nouveau de lui. «A 17 ans, j’ai vécu une année difficile, de rébellion contre Dieu et de haine un peu pour tout. Puis j’ai découvert son amour, son pardon et surtout l’impact du sacrifice de Jésus pour ma vie. Deux chemins s’offraient alors à moi. J’ai choisi de suivre Jésus».
Pour Etienne, le baptême était un choix qui s’imposait et qui témoignait à tout le monde qu’il avait fait alliance avec Dieu. «Je ressentais ce besoin de montrer que j’étais passé de la mort à la vie». Car le baptême symbolise un double mouvement: on plonge dans l’eau, pour montrer que l’on «enterre» nos péchés dans l’eau grâce à Jésus qui est mort pour nous, puis on en ressort pour montrer que l’on vit désormais une vie nouvelle, à l’image de Jésus qui est ressuscité. Dans les moments plus difficiles, Etienne peut se souvenir de cette alliance: «On peut la comparer à un mariage, c’est très fort!». Pour ce jour mémorable, Etienne a invité un ami non-chrétien: «Il a été touché par le fait que des personnes se fassent baptiser volontairement, pas par obligation ou coutume.»


Kéran, 17 ans

Ce gymnasien réfléchit au baptême depuis plusieurs années. «Je ne me sentais pas appelé à ça avant cette année», dit-il. Né dans une famille chrétienne, Kéran s’est converti à 13 ans lors d’un Power Camp. Pour lui, le baptême a plusieurs facettes. «Si je le fais maintenant, c’est pour affirmer publiquement que je crois». Il veut montrer qu’il appartient à l’Eglise et qu’il veut continuer à vivre avec Dieu. «Chaque année, quand il y avait des baptêmes, je réfléchissais et je priais. Et un jour, j’ai senti que c’était le moment.»


Séphora, 13 ans

«Je me suis fait baptiser, parce que j’ai envie de suivre Jésus et de le montrer!». Séphora n’a «que» 13 ans, mais elle est convaincue. «J’ai donné ma vie à Jésus quand j’avais 7 ans. Mais j’ai continué à parfois avoir des doutes». A 10 ans, elle a participé au Service Pâques à Fribourg. «Là, j’ai reçu le baptême du Saint-Esprit, le parler en langues et des réponses à plein de questions!»
Séphora aime prier «un peu n’importe quand, dans le bus pour aller à l’école, ou en me baladant». En parlant du baptême, elle se souvient: «C’était génial, mais l’eau de la rivière était super froide!»


Thibaut, 17 ans

«Le baptême, c’est recommencer une nouvelle vie avec Dieu, comme un nouveau point de départ». Thibaut était chrétien depuis quelque temps, mais c’est tout un cheminement dans la foi, une progression, qui l’a conduit à la décision de se faire baptiser. Participer à des camps chrétiens l’a particulièrement aidé et reboosté. Lors de l’été 2012, il s’est dit que c’était le moment. «Depuis mon baptême, j’ai changé des choses dans mon comportement. J’essaie de prendre du temps chaque jour pour Dieu (même si parfois je n’y arrive pas) et de faire sa volonté.»


Daniel, 20 ans

«Si je suis devant vous aujourd’hui, c’est pour vous témoigner de mon envie de suivre Dieu et de le mettre à la première place». C’est ainsi que Daniel a commencé son témoignage, le jour de son baptême. «J’ai toujours cru que Dieu existait et qu’il était tout-puissant, mais je voulais aussi tester tout ce que le monde proposait. Pendant quatre ans, je me suis collé une étiquette de voyou et j’ai mené une double vie. Heureusement, Dieu m’a protégé de choses que j’aurais regrettées». C’est lors d’un Cours formation biblique, durant l’été 2012, qu’il a compris que Dieu était aussi un Dieu proche, qui pouvait lui pardonner ses fautes, lui assurer la vie éternelle et lui accorder l’amour, la paix et la joie.
Pour Daniel, passer par les eaux du baptême était donc essentiel non seulement pour obéir au commandement de Jésus de se faire baptiser, mais aussi pour remettre l’église au milieu du village. «Beaucoup de mes amis et de mes proches avaient encore une image de moi pas très glorieuse, alors même que je me disais chrétien. J’avais donc besoin de leur montrer ce qu’est un vrai chrétien, en contraste avec la vie que je menais avant». Plusieurs de ses amis, avec lesquels il se «foutait des pétées», étaient présents. Juste après être ressorti de l’eau, Daniel confiait: «Je me réjouis d’en discuter avec eux!». Car maintenant, Daniel a un enthousiasme communicatif pour Dieu, à l’image de son frère, baptisé le même jour. Il compte bien dire autour de lui que la vie avec Dieu vaut mieux que tout.

Propos recueillis par Jérémie Cavin, Joëlle Misson et René Progin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°