On peut témoigner de sa foi partout

image: On peut témoigner de sa foi partout
© Alliance Presse

Nous avons souvent à cœur d’être des témoins de notre foi autour de nous. Mais comment nous y prendre?

«Il y a eu beaucoup de stagiaires ici, mais toi tu avais quelque chose de différent. Tu étais toujours là pour nous aider, avec le sourire. Tu es quelqu’un de gentil». Voilà ce qu’on m’a dit à la fin d’un stage que j’avais effectué dans une maison de retraite. J’ai été très heureux. C’est sans doute l’un des plus beaux compliments qu’on m’ait faits! Que quelqu’un de non-chrétien arrive à voir Dieu se refléter à travers moi, c’était vraiment trop cool!

Un caractère transformé
Cet épisode m’a confirmé qu’il est possible pour les chrétiens d’être des lumières là où ils sont. Mais comment? Le truc n’est pas d’aller vers les gens et de leur dire: «Je suis chrétien, Dieu vous aime». Cela peut marcher, mais beaucoup risquent de se bloquer, notamment parce qu’ils ont des préjugés sur les chrétiens. Et nos paroles ne servent à rien s’ils n’ont pas de preuves réelles: c’est par notre caractère et notre comportement qu’ils remarqueront que nous ne sommes pas comme les autres. Par exemple en souriant même quand cela ne va pas, en étant serviables, en ne critiquant pas quand nous sommes avec d’autres. Là, les gens vont se dire: «Mais pourquoi agit-il ainsi?». Il est probable qu’ils viennent ensuite nous poser des questions. Et là, c’est le moment de dire: «Je suis différent parce que Dieu vit en moi». La discussion est lancée!

L’amour!
Et donc, tu l’as compris, nous ne pouvons être des lumières que si notre caractère est transformé. Cela commence par la bonne humeur: si nous tirons la tête tout le temps, nous ne toucherons pas les gens qui nous entourent. Nous avons besoin que Dieu nous accorde la vraie joie. Demandons-lui qu’il nous donne une attitude qui fait du bien aux autres et qui est empreinte d’amour. Francis Chan l’a écrit: «La foi conduit bien au-delà de la gentillesse, de la politesse ou même de la bonté. Dieu nous demande d’aimer nos ennemis, de faire du bien et de prêter sans rien attendre en retour. Le véritable amour vous démarque des autres». Le modèle: Jésus, qui a offert avec amour ce que nous ne pourrions jamais lui rendre. La clé n’est donc pas de dire notre témoignage, mais d’être un témoignage.

Un témoin à l’armée
Un autre exemple. Je vis en Suisse et j’ai donc dû faire l’armée. Le dimanche, avant de partir pour mon premier jour, j’ai expliqué à mon Eglise que j’avais un profond désir de refléter Dieu pendant ce temps. Les premières semaines ont été assez dures, car j’avais l’impression de suivre le mouvement, pas d’être un témoignage pour les autres... Mais une fois, un gradé me dit: «Si j’avais un jour une section, j’aimerais que vous soyez dedans. Vous avez du cœur pour les autres et vous vous occupez de ceux qui ont de la peine». Pour moi, c’était génial qu’un gradé voie que je me souciais des autres, que mon comportement était différent. Encourageant, non? Si on peut être un témoin à l'armée, on peut être un témoin partout!

Cyrille Roy

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°