Elle est en train de changer la vie d'un enfant

image: Elle est en train de changer la vie d'un enfant
© Alliance Presse

Lorianne donne chaque mois un peu d’argent pour aider un enfant en El Salvador. Elle est convaincue que ce sont des petits gestes comme ça qui changent le monde.

Chaque mercredi soir, Lorianne s'abstient de manger. A la place, elle prie pour un petit garçon qui vit en El Salvador. Depuis un an, elle le parraine par l’intermédiaire de Compassion. Rodrigo peut ainsi aller à l'école, suivre des activités extrascolaires, bénéficier d'un suivi médical et entendre parler de Jésus.
Elle saute un repas!
Ce sont ses parents qui ont parlé à Lorianne de cette possibilité de parrainer des enfants démunis dans des pays en voie de développement. Elle a trouvé l'idée géniale. Mais à seize ans, sans emploi ni revenu régulier, pas facile de débourser chaque mois plus de 40 francs suisses (30 euros), même pour une bonne cause.
Du coup, avec ses parents, elle s'est mise d'accord pour sauter un repas. Et avec l'argent économisé, le parrainage est devenu possible.
Changer le monde, c’est possible
Chaque mercredi soir, Lorianne prie donc pour que ce garçon salvatorien puisse sortir de la pauvreté et découvrir Jésus. «Grâce à l'enseignement chrétien donné dans les centres d'accueil de Compassion, sa vie peut changer pour toujours», s'enthousiasme-t-elle.
Lorsqu'on lui demande si elle pense qu'on a les moyens de changer le monde, elle répond sans hésiter: «Bien sûr, pas besoin de faire comme moi. On peut aussi parrainer un enfant à plusieurs. Et si tout le monde s’y mettait, on pourrait vraiment vaincre la pauvreté». Sauf que, regrette-t-elle, il y a encore trop de gens qui ne veulent pas que la pauvreté disparaisse ou qui y restent insensibles.
Elle rêve de travailler dans un orphelinat
Lorianne vient de vivre une année sabbatique, qu'elle a consacrée à un séjour linguistique en Angleterre et à des petits boulots. Mais son but, c'est de commencer une formation d'éducatrice de la petite enfance. Et son rêve, de travailler un jour dans un orphelinat, pour témoigner de l'amour de Jésus aux enfants abandonnés. En effet, confie-t-elle, «je suis consciente de tout ce que j'ai reçu. J'ai grandi dans une famille chrétienne; je n'ai rien vécu de dramatique. Et je sais pourquoi je suis sur terre. Cela, j'aimerais bien que Rodrigo puisse le découvrir aussi». 

Christian Willi

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°