Un héros chrétien au milieu de l'horreur

image: Un héros chrétien au milieu de l'horreur
© Alliance Presse

Denis Mukwege consacre sa vie à soigner les femmes et enfants victimes de viols de guerre au Congo. Il essaie aussi d’appeler le monde entier à agir. Au péril de sa vie.

Il y a des stars qui ne font pas grand-chose pour être admirées du monde entier, hormis avoir une «belle gueule», tourner dans des films ou marquer des buts sur un terrain de foot. Denis Mukwege est lui aussi une star, mais loin des paillettes et des flashs des paparazzis: depuis 1999, il a soigné 45'000 femmes et enfants qui ont été violés au Sud-Kivu. Un engagement récompensé par des prix et qui lui a valu de rencontrer les plus grands, Barack Obama par exemple.

Des massacres pour de l’argent
Au Sud-Kivu, une région de la République démocratique du Congo (RDC), des groupes armés que le gouvernement ne contrôle pas ont décidé de semer l’horreur par le viol de guerre: en agressant sexuellement toutes ces personnes, ils les détruisent physiquement et psychologiquement, sèment le trouble dans leur famille, instaurent un climat de peur, favorisent la transmission du sida et, finalement, détruisent tout un peuple. Pourquoi? Pour enlever de leur chemin tous ceux qui pourraient les empêcher d’exploiter les nombreuses ressources de minerais du Sud-Kivu.

Stop aux minerais de sang!
Denis Mukwege, en soignant ces victimes, s’est mis leurs bourreaux à dos. Il a échappé de peu à un attentat sérieux il y a deux ans. Aujourd’hui, il n’ose plus sortir de chez lui et de son hôpital, et il est sous la protection des Nations Unies. Il faut dire qu’il ne fait pas que soigner: il veut aussi alerter le monde et l’appeler à agir pour faire cesser ses horreurs. Comment? «Le problème, c’est que les intérêts économiques ont pris le dessus sur les droits humains», a-t-il confié au chanteur Philippe Decourroux, qui vient de rentrer d’un séjour chez lui. Ce qu’il souhaite: arrêter l’achat d’ordinateurs portables ou de téléphones fabriqués par ces bourreaux et leurs chefs; et pour cela, il faut que le monde entier, y compris les Occidentaux, élèvent leur voix. «Dites à vos dirigeants ce que vous savez. Vous avez le pouvoir de leur dire de s’opposer à l’utilisation de minerais de sang.»
Que faire d’autre? «Certains pensent qu’ils peuvent violer sans en subir les conséquences, puisqu’ils ne sont pas punis». Ces chefs de guerre, comme ils ont de l’argent, ne sont souvent pas jugés comme ils le devraient.

Un chrétien exemplaire
Philippe Decourroux a constaté que Denis Mukwege, même s’il persévère dans son combat, est découragé de voir que rien ne bouge. Le chanteur nous invite tous à supplier Dieu d’agir: «Par la prière, il y a vraiment des forteresses à faire tomber, qui ne tomberont pas autrement. Si Dieu ne vient pas mettre sa main, on ne voit pas comment ces choses peuvent se résoudre.»
C’est aussi l’appel de Denis Mukwege, un chrétien et pasteur exemplaire, aux dires de Philippe Decourroux. «Franchement, on a affaire à un tout grand, à un homme à part. C’est aussi quelqu’un d’une grande simplicité, plein d’amour, avec un grand esprit de service. Nous avons mangé trois fois chez lui, et c’est lui qui nous servait et débarrassait la table.»

Jérémie Cavin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°