La vie de famille a bien changé...

Autrefois, la notion de «famille» était différente d'aujourd'hui. Les implications sur le temps que l'on passe ensemble sont nombreuses. Découvrez sur ce site les autres articles de notre dossier consacré au temps passé en famille.

Le temps passé en famille doit beaucoup à l’allongement de l’espérance de vie. Désormais, on fréquente ses parents 25 ans de plus que la génération précédente, et il n’est pas rare de voir quatre générations, et non plus trois, se côtoyer au sein de la famille. «On ne s’en rend pas suffisamment compte, mais je pense que c’est absolument essentiel. Cela veut dire que les moments de transmission - culturelle, culinaire, etc. - se sont extrêmement développés», explique le sociologue Jean Viard.

Une famille choisie
En outre, ces moments de partage et de convivialité ont largement été favorisés par l’évolution que la famille elle-même a connue à partir de 1968. Son image est alors chargée assez négativement, si bien que les repas du dimanche, par exemple, ont beaucoup diminué dans les années 1970, avant de connaître un nouveau succès. Aujourd’hui, c’est presque devenu une activité festive du week-end. Aussi, 70 % des gens partent en vacances en famille et se reçoivent les uns les autres.
Que s’est-il passé entre temps? «On est passé d’une famille patriarcale et autoritaire à une famille élective», raconte Jean Viard. C’est-à-dire une famille qu’on choisit de voir et non qu’on voit par obligation. «On a transformé la famille pour pouvoir la ré-aimer», résume le sociologue.
Parmi les nouvelles caractéristiques de cette famille du 21e siècle, on peut noter que depuis 30 ou 40 ans, elle ouvre facilement sa maison aux amis. L’image traditionnelle de la grand-mère qui confie à sa petite-fille le secret de son fameux rôti existe toujours, mais elle côtoie celle du barbecue auquel on va aussi convier les voisins ou les camarades de classe des enfants. C’est, à travers ces illustrations, le tableau d’une famille tribu qui se dessine. A fortiori s’il faut faire de la place à un nouveau conjoint, qui arrive peut-être avec ses propres enfants. Les espaces jadis privés deviennent semi-publics, et si en plus on a un jardin, cela ne fait qu’accroître les possibilités !
«La famille a repris une place assez considérable dans la société. Les autres grandes structures, la politique, les classes sociales, les églises, sont plus incertaines et fragiles», résume Jean Viard. Pas étonnant, donc, que selon une étude publiée en 2011 par l’Insee, les Français affichent notamment le souhait de passer davantage de temps en famille. La question est de savoir de quel temps il s’agit : certainement celui de transmettre, d’échanger des points de vue, d’écouter… Or, c’est souvent ce qui passe à la trappe dès que le temps manque. Ce sont des moments de qualité difficiles à mesurer et à inscrire sur un agenda.

Claire Bernole

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°