Redécouvrir l’art de l’hospitalité

image: Redécouvrir l’art de l’hospitalité
© Alliance Presse

Accueillir l’autre, en famille, est non seulement un acte qui crée du lien social et remédie à l’individualisme ambiant. C’est aussi un moyen d’enseigner des valeurs aux enfants.

On dit que le lien social se perd, que de plus en plus de personnes souffrent de solitude, que le monde serait meilleur s’il y avait plus de solidarité entre les humains, dans les familles. C’est vrai. Je crois pourtant que nous avons une solution entre les mains, au sein même de nos foyers. Nous pouvons tous, petits et grands, être acteurs de l’espoir en apprenant à nous accueillir mutuellement. Si une famille a pris l’habitude de l’hospitalité, les liens créés avec nos voisins et nos amis seront riches en enseignements pour nos enfants.

Un acte banal qui crée du lien social
Accueillir l’autre, c’est accepter de partager quelque chose de sa propre vie et de celle de l’autre. C’est ouvrir sa porte et ouvrir son cœur. Parfois, nous attendons d’être invités, ou nous ne voulons pas «déranger», «nous imposer», mais l’initiative du premier pas nous appartient. Une simple invitation à un repas, à un goûter, un apéro ou un café, peut créer une belle dynamique dans la relation. Se retrouver autour d’un repas, c’est ce qu’il y a de plus simple à faire. Nous mangeons trois fois par jour, souvent sans y penser. Cet acte banal de la vie quotidienne peut se transformer en lien social et donner lieu à plus d’humanité.
Parfois nous nous faisons «toute une montagne» de l’invitation. Nous voulons que la maison ressemble à une photo de magazine, et le repas à un dîner presque parfait. Nous nous compliquons tellement la tâche qu’elle nous décourage avant même de lancer l’invitation. Et pourtant, nous pouvons passer une formidable soirée autour d’une soupe, et une soirée détestable autour d’un grand festin. Pour trouver son style, il peut être utile de faire une liste de ce qui fait que l’on se sent accueilli chez d’autres : un petit chocolat posé sur la serviette de table, quand les enfants ont bricolé des marque-places. Il n’y a pas de bonne manière de faire, sinon celle qui nous correspond et nous ressemble. L’important n’est pas d’abord dans l’assiette ou dans le cadre, mais dans la relation. Quand notre hôte nous prête attention, nous nous sentons accueillis. Cela fait une grande différence.
Une famille imparfaite mais libre d’être elle-même qui accueille, invite ses hôtes à faire de même. Cela nous pousse à être vrais et authentiques les uns avec les autres et à accueillir ce que l’autre vit, ce qu’il pense et ressent, même si c’est différent de ce que nous vivons nous-mêmes. La richesse des échanges est parfois telle que l’on ne sait plus bien qui accueille qui. Ces moments précieux peuvent être les prémices d’une belle amitié.

En faire un événement familial
Préparer une invitation est aussi l’occasion pour l’ensemble de la famille de mettre la main à la pâte : discuter du menu, faire les courses, préparer l’apéro, plier les serviettes, servir à boire, préparer un coin jeu pour les enfants de nos hôtes, voilà autant de petits gestes à la portée de tous. Et nos enfants seront certainement heureux, malgré une potentielle timidité, de montrer leur chambre et leurs jouets à leurs invités, d’aller jouer dehors ou encore de raconter leur vie à l’école, leurs exploits sportifs et plein d’histoires. Ils seront certainement ravis de cette expérience de partage vécue en famille.
L’hospitalité est une discipline que nous souhaitons enseigner à nos enfants. Apprendre à accueillir et à être accueilli n’est pas une option, c’est le fondement des relations sociales. C’est ce qui fait que l’on peut se faire des amis dans de nouveaux endroits. C’est ce qui dynamise la vie de nos villes et villages. C’est ce qui enrichit nos relations les uns avec les autres et qui embellit nos propres vies de famille. Apprendre en famille à accueillir l’autre, c’est ouvrir son esprit à d’autres réalités. Cela nous réservera sans doute bien des surprises, mais c’est une belle aventure à vivre, une belle ouverture sur le monde et sur soi-même.

Marie-Noëlle Yoder est thérapeute familiale et conjugale

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°