A quoi sert un parrain?

D’où vient le parrainage?

Le parrainage n’est pas une exigence dans l’Eglise protestante, même si certains pasteurs l’encouragent. Le parrain a par contre un rôle important dans le sacrement du baptême catholique : «Il doit s’engager, avec les parents, à maintenir la flamme de la foi dans la vie du nouveau-né», explique le prêtre Raymond Gumy. «Lors de la préparation du baptême, j’invite les parents à choisir quelqu’un de proche». Le parrain ou la marraine doit être catholique, baptisé, confirmé et avoir communié. «C’est le parrain qui revêt l’enfant d’un vêtement blanc, lors de la cérémonie», explique Raymond Gumy.

Le parrainage est une coutume bien répandue. Ayant principalement une raison d’être dans la liturgie catholique, elle reste pourtant bien vivante chez les protestants et athées. Mais au fond, quel sens y donner? Et comment choisir un parrain pour son bébé?

Marie a 29 ans et termine des études en médecine. Depuis toute petite, elle a une relation très forte avec son parrain André. «Presque chaque été, j’ai passé quelques jours chez lui. Il m’a même emmenée en vacances en Espagne et en Grèce. Mais surtout, il m’a accompagnée sur mon chemin avec Dieu». Les parents de Marie, protestants, ont demandé à un ami proche de prendre cette «responsabilité». André se souvient : «J’étais très proche du papa de Marie à ce moment-là. C’est tout naturellement que j’ai accepté lorsqu’il m’a proposé de “les aider à éduquer Marie dans la foi”».
Un petit coup de fil de temps à autre pour demander des nouvelles, plus tard un petit texto avec un verset biblique encourageant juste avant un examen... André cherche à être un confident, un ami. Et Marie l’apprécie : «ça a toujours été plus facile pour moi de l’appeler pour parler de mes problèmes que d’en parler à mes parents…»

Qui choisir?
Pour Céline Fontallaz, éducatrice de la petite enfance, il s’agit de choisir une personne proche du couple. «Je recommande de choisir une personne qui sera naturellement en contact avec l’enfant, pour que la relation soit aisée et spontanée». Certains parents préfèrent choisir un membre de la famille, pour éviter de «perdre le contact» au fil des années.
«Une personne du même sexe que l’enfant est souvent préférable, du fait qu’elle peut passer pas mal de temps seule avec l’enfant». Mais Céline Fontallaz encourage encore davantage à choisir un couple : «Ils pourront s’occuper de l’enfant ensemble, être un peu comme une deuxième famille.»

Parents de remplacement?
Sur le plan civil, les parrains et marraines n’ont aucune valeur légale. «Cela signifie qu’en cas de décès des parents, ils n’ont pas d’autorité pour reprendre la garde d’un enfant», précise le prêtre Raymond Gumy. Cela dit, il est possible de déterminer une personne pouvant prendre la tutelle dans un testament ou une déposition devant notaire, avec le consentement du tuteur concerné.
Les parrains sont également souvent vus comme des parents de remplacement. Le parrainage est fréquemment associé à un soutien matériel, qu’il soit en argent ou en cadeaux divers. «Mais le plus important, ça reste la relation et les temps de qualité», note Marie.

René Progin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°