Tu peux être un missionnaire là où tu es!

image: Tu peux être un missionnaire là où tu es!
© Alliance Presse

Le congrès Mission-Net a rassemblé 2000 jeunes en Allemagne. Il a été rappelé combien on peut être un missionnaire déjà chez soi! Prêt à entendre ce message?

«Avec mon fiancé, nous aimerions partir un jour en mission. Nous sommes allés à Mission-Net pour nous faire une idée: dans quel domaine? Dans quel pays? Nous étions ouverts à un coup de cœur». Pour Lydie (26 ans) et Nicky (27 ans), ces cinq jours de congrès à Offenburg (Allemagne) ne leur ont pas donné une réponse définitive, mais les deux jeunes Suisses ont vu qu’ils avaient «pas mal de choses en commun», notamment un souci pour l’accompagnement de type pastoral. Lydie a aussi eu confirmation que la mission par l’art, c’est son truc ! Elle a beaucoup apprécié les tests qui étaient proposés aux participants pour leur permettre de voir quels sont leurs dons, dans quel domaine, etc.

En action pour Dieu!
Mais on peut prendre son pied à Mission-Net sans avoir comme objectif de partir un jour en mission à Ouagadougou. Le but du congrès était d’inviter les participants à vivre une «vie missionnelle» déjà chez soi. «Il n’y a pas besoin de partir aux quatre coins du monde pour être un missionnaire», résume Lydie. C’était le message martelé aux 2100 participants: «Nous les encourageons à trouver leur place dans le monde, à faire la différence pour Dieu, à réveiller leurs rêves et à les mettre en action», résume la coordinatrice du congrès, Evi Rodemann. «C’est d’ailleurs ce qui caractérise les jeunes Européens: ils veulent combattre l’injustice, chercher à faire ce que Dieu veut, se rendre utiles pour lui». Concrètement, Nicky a été encouragé à plus partager sa foi au travail. Lydie a aussi apprécié qu’on mette à leur disposition des petits livres d’évangélisation qui aident à partager l’Evangile avec des amis.

«On est trop gâté au niveau de la nourriture»
Mission-Net, c’est aussi une présentation de nombreuses œuvres qui s’impliquent partout dans le monde. Non seulement ça donne des idées, mais ça remet aussi les pendules à l’heure par rapport à la chance qu’on a de vivre chez nous. Une action de grande envergure a aussi été menée dans ce sens, et Lydie s’en souviendra: «On nous a préparé un repas sommaire, composé de riz et de cassoulet, pour nous rappeler que plein de gens mangent ça tous les jours… s’ils ont de la chance. Cela m’a aidée à prendre conscience combien nous sommes trop gâtés au niveau de la nourriture.»

Plein de nouvelles connaissances
Bref, ce congrès les a boostés dans leur foi. Vivre cinq jours avec 2100 jeunes de 49 nationalités, c’est enrichissant! Lydie, qui a déjà bien voyagé à travers le monde, a revu pas mal d’amis, dont même un d’Afrique du Sud. Et comme elle faisait partie de l’orchestre et de l’équipe de louange, qui sont très multiculturels, elle a fait connaissance de nouveaux amis.

Par Jérémie Cavin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°