Parler d’avenir, encore?!

image: Parler d’avenir, encore?!
© istockphoto

Qu’est-ce que tu veux faire plus tard? Voilà des années que l’on te pose cette question. Et sincèrement, si on pouvait éviter de te la poser tu serais soulagé.

C’est le moment de savoir ce que tu veux faire de ta vie, choisir le métier qu’il te faut et donc ce que tu veux devenir. C’est une sacrée pression de devoir choisir une bonne fois pour toute une filière pour arriver à un but précis et un diplôme spécifique.

Célia raconte qu’elle n’avait absolument aucune idée et aucune réponse à cette fameuse question. A côté d’elle, il y avait tous ceux qui depuis l’âge de cinq ans savaient déjà qu’ils voulaient être vétérinaire, prof ou encore électricien. Et puis, elle, complètement perdue face à ce choix qui semble dicter sa destinée sans possibilité de revenir en arrière.
C’est à partir du moment où elle s’est concentrée sur qui elle était, qu’elle a cherché à se connaître, éliminer ce qu’elle n’aimait pas faire, qu’il a été plus simple d’avancer. Et surtout à partir du moment où elle a compris qu’elle avait le droit de se tromper. De bifurquer par exemple.

Trouve le verbe de ta vie
Ton avenir ne se résume pas à un métier. «Trouve le verbe de ta vie, pas le métier mais le verbe. C’est lui qui va tracer les chemins de ta vie. Oui je dis bien les chemins, car dans le monde de demain, avoir plusieurs chemins de vie, de carrière, de métier, ne sera pas réservé aux atypiques», écrit la blogueuse Sarah Roubato.
«Si le verbe de ta vie c’est aider, tu pourras autant être avocat, médecin urgentiste ou travailler dans une ONG. Si c’est transmettre, tu pourras être enseignant aussi bien que journaliste ou comédien. Veux-tu découvrir des choses (archéologue, historien, chimiste, biologiste), veux-tu en inventer (ingénieur, magicien), veux-tu les exprimer (écrivain, musicien, artiste), les analyser (éditorialiste, analyste politique, sociologue)? Veux-tu soigner, guérir, protéger, défendre?».

Trois pistes
Cette bloggeuse, qui analyse de grandes questions de société, précise qu’il faut bien sûr affiner ces réponses et donne quelques pistes:
-Trouve la matière dans laquelle ton verbe va agir: les mots, le corps, l’image, la nourriture, les animaux. Chacun est plus ou moins sensible à une matière.

- Se poser aussi la question de ton mode de vie: veux-tu des horaires fixes ou irréguliers, veux-tu rester au même endroit ou bouger, travailler à l’extérieur ou dedans?

- Savoir au service de quoi tu mets ton verbe.

Elle ajoute un élément que l’on sous-estime parfois mais qui est tellement important pour vivre une vie épanouie: «Tu es un bouquet de potentiels. Il faut trouver un métier qui te fasse vivre et qui te laisse vivre. Qui nous permette d’habiter le temps au lieu de lui courir après.

Joëlle Lehmann

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°