Dan Luiten «On n’est pas appelé à vivre la tête baissée!»

image: Dan Luiten «On n’est pas appelé à vivre la tête baissée!»
© DR

Le conseil de Dan pour toi

Si un parent (chrétien) te dit quelque chose, c’est pour ton bien. En tenir compte te protège et participe à ton épanouissement. Si tu comprends que les aînés sont là pour t’encourager, tu feras moins de détours dans la vie. Quand on est jeune, on a tendance à vouloir aller trop vite! Mais c’est dommage de se priver de l’expérience de ses parents. On le comprend souvent avec la maturité ;-)

Début mai, Dan Luiten a animé la louange à la Rencontre de Jeunesse, qui a attiré à Bulle 2500 jeunes Romands et Français. Just4U a profité pour lui poser quelques questions sur son parcours avec Dieu.

Dans quelles circonstances as-tu choisi de suivre Dieu par conviction personnelle?
Ma famille était impliquée dans une Eglise. C’était naturel pour moi d’y aller et de m’engager dans des activités. J’ai chanté dans des chorales, appris à jouer du saxo. Mais à ce moment, j’allais à l’Eglise pour les copains et la musique. Ma façon d’exister et d’attirer l’attention des autres était de me mettre au piano et de chanter. Je ne vivais que pour ça et pour recevoir des compliments des gens.

Jusqu’au jour où j’ai entendu un prédicateur poser cette question: si Jésus vivait à notre époque, serait-il connu? Relayerait-on la moindre de ses paroles sur les réseaux sociaux, comme celles d’un acteur ou chanteur? Et sa réponse: non. Quand Jésus guérissait, il aurait pu demander qu’on se prosterne devant lui, mais il ne faisait pas. Il invitait à remercier Dieu. Ça m’a fracassé! Je chantais dans un groupe de rock d’évangélisation mais la gloire était pour moi! J’ai pleuré et me suis repenti, car je volais la gloire de Dieu. J’ai alors reçu son amour, au-delà de l’amour éphémère des gens. Il a comblé le vide en moi. J’avais 16-17 ans.

Qu’est-ce qui t’aurait été utile de savoir sur la foi à cet âge?
Que mon identité est en Christ. Souvent on accepte Jésus comme Sauveur et Seigneur, mais on vit avec nos propres forces et cette vision que les chrétiens sont des faibles. Mais c’est faux: nous sommes devenus co-héritiers avec Christ. Ça veut dire qu’on reçoit tout ce que Jésus avait sur la terre, le Saint Esprit et ses fruits. On n’est pas appelé à vivre la tête baissée mais à être épanoui. En tant que princes et princesses du Royaume de Dieu, on a une autorité. Ceux qui comprennent ça évoluent plus vite dans leur foi.

Pourquoi as-tu choisi de t’engager pour Dieu à plein temps?
Dans un grand rassemblement de jeunes, le pasteur canadien Claude Houde a fait appel à servir Dieu à plein temps. J’étais plus créatif qu’autre chose, mais ça m’a beaucoup interpellé. J’ai alors travaillé dur pour entrer à l’école biblique au Canada. A l’Eglise Nouvelle Vie, je me suis engagé dans la louange et on a enregistré un album. Puis j’ai sorti mon premier CD à 26 ans. Il est important de se former bibliquement même pour la musique. On a besoin d’être ancré en Dieu. Pour un conducteur de louange, se voir comme le «pasteur» du moment d’adoration, est plus puissant que de se voir comme un chanteur.

A quelle scène biblique aurais-tu voulu assister?
A des histoires que je ne comprends pas, pour poser des questions à Jésus. Ou à l’époque de Josué, un de mes personnages préférés. Ou quand Dieu a parlé à Moïse sur le Sinaï, ça devait être un truc de fou.

Par Sandrine Roulet

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°