«Espoir pour l’Arménie», 30 ans d’entraide

image: «Espoir pour l’Arménie», 30 ans d’entraide
© DR

Photo: Actions éducatives et pédagogiques auprès des enfants et adultes à Erevan et à Varténis.

L’association Espoir pour l’Arménie, issue des Eglises évangéliques arméniennes, a été créée afin de porter secours à la population touchée par le séisme du 7 décembre 1988. Trente ans plus tard, l’association continue d’être active avec pour objectif – comme son nom l’indique – de «donner espoir et d’encourager un retour aux valeurs de la parole de Dieu», déclare son président Serge Kurkdjian. «Nous essayons de véhiculer nos valeurs chrétiennes à travers des actions humanitaires, envois de containers, construction d’écoles, de gymnases, de restaurants humanitaires, de clinique médicale et de cabinets dentaires», explique-t-il, rappelant au passage que l’Arménie est le premier Etat au monde à avoir adopté officiellement la foi chrétienne.

Evolution lente mais profonde
«La situation a beaucoup changé en trente ans», constate Serge Kurkdjian. L’Arménie était alors une république soviétique. Depuis l’indépendance de 1991, le pays se relève peu à peu. «Quand on visite Erevan, avec son aéroport moderne, ses hôtels de luxe, ses grandes routes bien goudronnées, on pourrait se croire dans une ville occidentale. Mais à quelques kilomètres en dehors de la capitale, on découvre des routes non goudronnées, des personnes en situation de pauvreté.»
C’est le cas en particulier dans la région de Spitak, épicentre du séisme de 1988, de 6,9 sur l’échelle de Richter, lequel avait causé la mort de 25 000 à 30 000 personnes.

Le travail ne fait que commencer
Pour le président d’Espoir pour l’Arménie, qui se rend chaque année sur place, le travail de l’association est loin d’être terminé. «Il ne fait que commencer», assure même Joël Mikaélian, pasteur de l’Eglise évangélique arménienne d’Issy-les-Moulineaux dans l’édito du dernier dépliant d’information de l’association trentenaire. «Le chemin devra se poursuivre, certes, nous l’espérons de façon différente. Il devra se poursuivre puisqu’il est chemin de relations humaines et de solidarité; solidarité qui est au cœur de la foi chrétienne qui nous anime», indique-t-il encore. L’Arménie peut compter sur sa large diaspora qui prie et agit pour son bien.

David Métreau

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°