Visiteuse de jeunes délinquants incarcérés

image: Visiteuse de jeunes délinquants incarcérés
© DR

Depuis six ans, Marlette Lepel rend visite à des jeunes mineurs emprisonnés pour des faits de délinquance en Ile-de-France. Plus d’une rencontre est profonde et marquante.

Jamais Marlette Lepel n’aurait imaginé visiter des prisons pour animer des temps de partage biblique avec des détenus mineurs. Pourtant l’éducatrice spécialisée de soixante et un ans, qui travaille en Ile-de-France avec des jeunes en rupture, a toujours eu le contact facile avec les adolescents. «Quelque chose était disposé dans mon cœur, Dieu m’a envoyée» témoigne-t-elle.
Depuis 2013, c’est en tant qu’aumonier protestant - une mission bénévole - que Marlette Lepel visite le plus souvent qu’elle peut l’établissement pénitentiaire pour mineurs de Porcheville (Yvelines) où sont incarcérés des adolescents, uniquement des garçons, de treize à dix-sept ans et demi.

«Ils ont besoin de parler»
«J’y vis beaucoup de rencontres spontanées, authentiques. Je me réjouis de voir ces mineurs qui accueillent favorablement le message de l’Evangile.» Lors de ses visites, ce sont souvent les jeunes qui l’interpellent: «Vous êtes qui?». Commencent alors des échanges qui se poursuivent généralement par des entretiens d’une demi-heure à trois quarts d’heure. «Ils ont besoin de parler» souligne l’aumônier. «Dans un premier temps ils parlent de la manière dont ils vivent le milieu carcéral, puis on aborde les questions spirituelles. Je leur parle de la Bible. Certaines histoires bibliques les concernent particulièrement.»

L’exemple parlant de Joseph
Voici quelques semaines, Marlette Lepel a été interpellée par un jeune d’arrière-plan musulman qui lui a raconté son histoire. «Je lui ai parlé de Joseph. Il a été bouleversé aux larmes. Je lui ai déclaré: “Dieu n’a pas abandonné Joseph, qui a servi même en prison”.» L’éducatrice spécialisée cite encore l’exemple d’un jeune du nom d’Elysée, qui s’attendait à la visite d’un éducateur ou d’un avocat et a reçu l’aumônier. Il a fini l’entretien en priant à genoux. «Dieu est venu frapper à ma porte» lui a-t-il confié au moment de se séparer.
Toutes les deux semaines, en collaboration avec un aumônier catholique, Marlette Lepel anime une étude biblique. Les jeunes y assistent. «Ils sont touchés de nos visites. Ils ne s’attendent pas à ce qu’on puisse porter autant attention à eux» assure-t-elle. De son côté, elle est convaincue que Dieu poursuit son œuvre. «Je suis encouragée quand ils me demandent une Bible. Nous terminons toujours nos échanges par la prière. J’ai eu l’occasion plusieurs fois de voir des jeunes donner leur vie à Jésus. Quelle joie, quand ils font le pas et demandent pardon!»

Une nouvelle armée de témoins
Marlette Lepel a le sentiment que Dieu, à sa manière, est en train de «lever une armée à travers ces jeunes pour propager la Parole de Dieu à leurs amis». Pour cela, la Francilienne lance un appel: «Nous ne sommes pas assez! Nous avons besoin de visiteurs chrétiens, nous avons besoin d’aumôniers protestants!»

David Métreau

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°