Dieu s’est révélé à travers une BD

image: Dieu s’est révélé à travers une BD
© DR

Auteur de bandes dessinées et humoriste, Alain Auderset partage sa foi en Dieu et sa relation de proximité avec lui au travers de son art. Entretien en marge de la sortie de son dernier album.

Dans quelles circonstances avez-vous rencontré Dieu?
J’ai eu probablement plusieurs rencontres avant cela, mais celle qui a été marquante, c’est quand j’ai trouvé de vieux exemplaires du magazine chrétien Tournesol lors d’un ramassage de vieux papier. J’avais quinze ans et pour moi, la foi était comme quelque chose qu’on apprend à l’école, sans vraiment y croire. Là, dans les bandes dessinées, les personnages en parlaient comme quelque chose de vrai.

Qu’est-ce qui a changé chez vous à la suite de cette découverte?
L’adolescence, c’est l’âge où tu prends de grandes décisions dans ta vie. Je n’étais pas dans la drogue, ou dans des extrêmes. J’étais comme tout le monde et comme tout le monde, je n’étais pas très bien. Je ne connaissais pas de chrétiens, mais j’ai réussi à me procurer une Bible. J’ai commencé à faire connaissance avec Dieu, tout seul, directement à la source. A part Tournesol, je n’avais pas de référence.
Et puis, j’ai compris petit à petit que j’avais vécu une nouvelle naissance. J’ai vu qu’en Suisse, malgré toutes les apparences d’un pays chrétien, Dieu n’est pas présent dans les cœurs. Nous sommes une terre de mission oubliée. Cette prise de conscience a suscité chez moi une grande compassion pour les gens de ces belles maisons qui vivent une misère cachée, une misère spirituelle.

Est-ce ce constat qui vous a motivé à créer des BD et à écrire des livres?
Oui, je me suis dit qu’il fallait que quelqu’un s’occupe des gens qui, comme moi avant l’âge de quinze ans, n’avaient pas entendu parler de la foi. En allant à leur rencontre, je me suis rendu compte que la plupart des gens n’est pas du tout au courant que Dieu existe. Cela m’a bouleversé. J’ai trouvé une amitié en Dieu et je veux partager cette trouvaille. Comme j’ai été touché par ce biais, j’utilise la bande dessinée comme moyen d’atteindre les autres. Ne venant pas d’une famille d’artistes, j’ai tout appris tout seul.

Quelle question aimeriez-vous poser à Dieu quand vous arriverez au Ciel?
Je lui demanderai sûrement si on peut faire le tour d’un de ses mondes. J’ai envie de me balader avec lui, d’être encore plus proche de lui que je le suis aujourd’hui.

Quelle scène biblique vous marque particulièrement?
Celle qui me touche le plus - et c’est un petit détail - c’est quand la Sunamite vient voir le prophète Elisée et lui touche les pieds. Le prophète déclare alors à son serviteur: «Laisse-la, car son âme est dans l’amertume et l’Eternel me l’a caché et ne me l’a point fait connaître» (2 Rois 4,27). Cette remarque est révélatrice: Elisée vivait une relation d’intimité avec Dieu, un dialogue permanent. C’est hyper puissant.

Propos recueillis par David Métreau

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°