Laïcité à Genève: le Réseau répond au gouvernement

image: Laïcité à Genève: le Réseau répond au gouvernement
© DR
Début septembre, les signataires du recours contre la loi sur la laïcité de l’Etat de Genève ont fait parvenir tribunal leurs arguments en faveur d’une révision partielle. Dans son argumentaire, le Réseau Evangélique suisse (RES) redit son soutien au but de la loi, mais conteste l’interdiction faite aux élus dans les organes législatifs de porter des signes religieux extérieurs. «Ces élus ne représentent pas l’Etat, mais bien le peuple dans sa diversité. Elle n’est donc pas nécessaire.»
Le RES souligne que cette loi opte pour une interdiction plus stricte que la loi sur l’instruction publique, alors que les enseignants sont face à un public mineur et ont un rôle éducatif. «Cette norme constitue également une discrimination indirecte dans la mesure où elle ferme la porte de la fonction publique aux croyants qui portent des signes religieux.»

Les baptêmes dans le Léman menacés
Autre argument, la loi crée une discrimination entre les événements cultuels et non cultuels; les premiers sont en principe réservés au domaine privé (art. 6). «Des pratiques telles que les traditionnels baptêmes au bord du lac célébrés depuis de nombreuses années pourraient être remises en question. Ces événements cultuels ne représentent pas en soi un danger pour la paix religieuse» réagit le RES.
Il conclut qu’il serait regrettable que le fait religieux n’ait plus toute sa place dans l’espace public de la Cité de Calvin et espère que ces arguments seront entendus par la Chambre constitutionnelle.

Sandrine Roulet

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°