La crise économique et moi

Si vous ne le savez pas encore, c’est la criiiiiiiise! Les banquiers s’arrachent les clients… et les cheveux. Les fortunes amassées en bourse sont parties en fumée. «Et moi, dans tout ça, suis-je vraiment concerné par cette crise?», vous demandez-vous peut-être. À l'heure où les monde entier retient son souffle, Just4U vous propose d'examiner votre rapport à l'argent, aux richesses, «Bible en mains».

Pour expliquer très simplement une chose assez complexe, on peut dire que la crise est arrivée par appât du gain. Pour s’enrichir, certains sont prêts à tout. Ils spéculent -parient- sur une prise de valeur d’un bien immobilier, d’une entreprise (par ses actions en bourse), sur la valeur des différentes monnaies ou encore sur les matières premières.

La crise, révélateur de ma motivation
Lorsqu'on entend comment certains se sont enrichis en «jouant» en bourse, ça fait rêver, même si c'est un peu moins vrai aujourd'hui. La Bible, dans 1 Tim. 6,7-10 nous apprend que le désir d’enrichissement «est un piège qui plonge l’individu dans la ruine». Et dans Mat. 6, 24: «Nul ne peut servir deux maîtres. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon». «N’amassez pas des trésors sur la terre mais dans le ciel. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton coeur» (Mat. 6, 19-21).
Lorsqu'on a moins d'argent à dépenser, c’est un moment propice pour vérifier ce qui compte le plus dans notre vie. En quoi les gadgets technologiques, les fringues, votre compte en banque contribuent-ils à votre équilibre, à votre bonheur?

La valeur des choses est relative
Avec les années, les propriétaires d'appartement ou de maison s'enrichissent, car le plus souvent, leur objet immobilier prend de la valeur. Mais voilà, ils ne jouissent de l'augmentation de la valeur qu'en vendant ce dernier. À défaut, ils ne seront plus riches que sur le papier... Celui qui joue en bourse et gagne a tendance à réinvestir pour augmenter toujours sa richesse. La Bible dit: «Celui qui aime l'argent n'est pas rassasié par l'argent et celui qui aime les richesses n'en profite pas. C'est encore là une vanité» (Eccl. 5, 10).
Quelle importance accordez-vous à votre fortune, au chiffre de votre compte en banque?

Je maîtrise et donc j’évite la crise…
«Le coeur de l’homme peut méditer sa voie, mais c’est l’Éternel qui dirige ses pas» (Prov. 16, 9): dans une interview, l’économiste Daniel Depelteau disait récemment que «Dieu continuera à éprouver l’orgueil humain». Même si parfois on l’oublie, malgré nos efforts, nous ne maîtrisons jamais tout. Une crise, on n’y peut rien, mais on va quand même payer les pots cassés. Certains auront peut-être davantage de peine à trouver un job à la sortie des études, même s’ils ont été «bons élèves».
La crise est une occasion de s'interroger sur notre confiance en notre capacité à assurer, à tout maîtriser. Si on voit que ce n’est plus la maîtrise totale, c’est peut-être le bon moment d’opter pour la confiance en Dieu!

Pas de soucis, je suis plein aux as
Votre confiance en l'avenir est-elle déterminée par votre richesse (ou celle de vos parents)? La Bible prétend que les richesses constituent une sécurité bien éphémère, moins sûr que ce que l’on croit: «Celui qui se confie dans ses richesses tombera, mais les justes verdiront comme le feuillage», nous apprend Prov. 11, 28.

Dieu s’occupera de mes besoins
La Bible n'est pas contre l'argent. Mais elle met en garde contre les dangers qui y sont liés. La Bible fourmille de principes pour gérer notre rapport à l'argent avec sagesse et pour nous permettre de trouver une sécurité véritable auprès de Dieu. «Ne valez-vous pas beaucoup plus que les oiseaux du ciel que Dieu nourrit?» demande Jésus dans Mat. 6,26-34: Dieu ne promet pas la richesse, mais de prendre soin des besoins de ses créatures. Est-ce que vous y croyez? Est-ce que vous avez déjà eu l’occasion de mettre votre confiance en Dieu pour des questions matérielles?

C’est fou ce que la Bible parle beaucoup d’argent, de richesses. Il faut croire que ce problème n’est pas nouveau.
L’avantage de faire ce petit check perso sur notre relation aux richesses, c’est qu’il est plus facile de se poser ces questions avant d’avoir une situation bien établie, avec un train de vie de ministre. Alors, concerné par la crise?

Christopher Spirit
© Alliance Presse - toute reproduction interdite

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°