Trente millions d’amis... sur Facebook

Nous vivons dans une société individualiste et notre génération ne sait plus communiquer. «Heureusement», il y a Facebook!

C'est un nouveau jeu. On ne doit plus collectionner les pièces, les bananes ou les pogs. Non, ici, on collectionne les amis et c'est beaucoup plus drôle.
Cela entraîne la mémoire, car quand on rencontre une nouvelle personne, il faut essayer de retenir le prénom et le nom de famille pour pouvoir la retrouver plus vite sur Facebook.
Ce jeu accentue notre curiosité, il n'y a même plus besoin de demander à la cousine de la voisine d'une amie très très proche de votre coup de cœur du mois pour savoir si il/elle a une copine/un copain, il suffit d'aller voir son «statut relationnel» sur son profil et le tour est joué.
Grâce à Facebook, on sait tout de l'humeur des autres et on peut même commenter leurs pensées, généralement très philosophiques. Donc, ça accentue notre miséricorde et notre communication.
Grâce à tous nos amis, on peut faire des tests, beaucoup mieux que dans Girls!. En plus, c'est gratuit et on peut les proposer à vingt autres personnes pour comparer si on «est» bien la même ville, couleur, princesse de Walt Disney et d'autres choses essentielles dans le genre.
Ce jeu nous permet de nous remonter le moral quand on se dit qu'on n’a personne à qui téléphoner et qu'au même moment, on se rend compte que notre ami qui est si sympa n'a même pas cent amis sur Facebook (la honte!); on n'a pas forcément quelqu'un à qui appeler mais au moins, nous, on a cent cinquante amis Facebook (la classe!).
Mais le meilleur avantage d'avoir plein d'amis, c'est qu’on peut trouver plein de groupes sensés et politiquement engagés, qui vont vraiment faire avancer notre société, comme par exemple: «Pour le retour des photomatons à 1 euro».
Sans Facebook, comment ferait-on pour savoir que telle personne a fini son travail de baccalauréat, celle-ci a un nouveau job et celle-là a loupé ses examens et ça, sans même quitter de son canapé? Je n'ai pas encore trouvé d'autres façons d'être au courant de l'état d'autant de personne en même temps et si vite. Notre époque n'est pas solitaire, on est relié au monde entier. C'est ça, Facebook.

Elsa Del Sol

© Alliance Presse - toute reproduction interdite

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°