Les chrétiens, des coincés?

Dans l’imaginaire populaire, le chrétien, c’est le rabat-joie frustré et raide quand tout le monde fait la fête. À l’autre extrême, la Bible promet la vraie liberté à celui qui suit le Christ. Y a pas comme un malentendu?

C'est pas juste. Pourquoi mes amis peuvent-ils boire, faire la fête, s’éclater et draguer tant qu’ils veulent, alors que moi, pas? Comment se fait-il que dans les Églises, on parle de vraie liberté alors que dans mon quotidien, je vois surtout les privations? Certains diront qu’elles nous aident à nous sentir plus proche de Dieu. Mais comment faire, lorsque j’ai justement l’impression que je ne gagne rien et pire, que je suis ridicule aux yeux de mes amis? Voici six pistes pour y voir un peu plus clair.

1. Oui, c’est exigeant de vivre à contre-courant. Quelqu’un a dit que seuls les poissons morts vont dans le sens de la rivière. Les autres se battent pour atteindre des eaux meilleures.

2. Aussi difficile que soit notre combat, nous ne sommes pas seuls. Où que nous soyons, Dieu nous offre sa présence. Le piège, c’est quand on essaie d’être différent en comptant sur ses propres forces seulement. Cela ne marche pas! On risque de se décourager et de tomber dans le compromis ou au contraire, dans la propre-justice et le jugement: «Regarde, Seigneur, moi, au moins, je ne suis pas comme eux!». Dieu n’est pas un Dieu de compromis ni de jugement, mais de sainteté et de compassion. C’est lui seul qui nous rend capables. C’est un Dieu victorieux!

3. What Would Jesus Do? Que ferait Jésus à ma place? J’ai longtemps porté l’un de ces bracelets WWJD et cela m’a aidée à me poser les bonnes questions dans tout ce que je faisais. Néanmoins, j’ai remarqué qu’il fallait aller encore plus loin: car Jésus vit en moi. La question n’est pas «Que ferait Jésus à ma place?», mais «Combien de place vais-je lui laisser?». Non seulement dans mes actions mais aussi dans mes pensées, mes paroles, mes projets, mon temps libre, mes habits, mon argent, etc.

4. Comment savoir si je peux aller à ce concert de black-metal, voir un film d’horreur bien glauque, sortir en boîte ou chercher les beaux mecs? Lorsque j’étais petite, je chantais souvent ce chant: «Vers Jésus, lève les yeux, contemple son visage merveilleux. Et les choses de la terre pâliront peu à peu, si tu lèves vers Jésus les yeux». Regardons plus loin (ou plus haut) que le bout de notre nez! Et nous découvrirons ce que Dieu veut! C’est lui qui a la vision d’ensemble. C’est lui qui sait ce qu’il y a de mieux pour moi.
Comme l’explique le pasteur et auteur Gordon Dalbey, le plus important, en définitive, n’est pas de quoi je me sépare mais de qui je veux rester proche. Si je suis proche de Dieu, si ma relation avec lui est forte, alors je suis beaucoup plus libre et sûre dans les lieux, les activités et les personnes que je peux fréquenter. Si au contraire, je ne suis pas assurée, il est préférable de limiter sa propre liberté de peur de faire des choses qu’on regrettera par la suite.

5. L’image du chrétien coincé ne fait envie à personne et elle repose sur un malentendu. Dieu n’est pas contre les fêtes, bien au contraire. La Bible est remplie de fêtes en tous genres. La Bible célèbre les bonnes choses de cette terre, la bonne bouffe, l’art, les relations partagées comme des cadeaux du ciel. Jésus semble avoir été lui-même un grand fêtard. C’est en tout cas la réputation que lui font ses adversaires. Et s’il appartenait avant tout aux chrétiens d’apprendre à se réjouir et à faire la fête pour casser le cliché?

6. «Quel mal y-a-t-il?», «Tout le monde le fait», «J’suis qu’un pauvre humain après tout…». Voilà des phrases courantes qui évoquent ces moments où l’on est tenté et où on essaie de se trouver des excuses. Le tentateur a principalement deux tactiques. Souvent, cela commence par: «Vas-y, tu fais de mal à personne». Et sitôt qu’on est rentré dans son jeu et qu’on a cédé, voici l’accusation: «Ho ho ho! Et ça s’appelle chrétien, ça? Dieu ne peut rien faire d’une telle hypocrite!». Ce sont des mensonges que nous entendons trop souvent. Mettons-les en lumière. C’est là la clef de la liberté!

Miss Letty

© Alliance Presse - toute reproduction interdite

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°