Imaginez un monde sans limite...

Les limites nous permettent d’être en relation et de vivre en société

«Attention ! Ne touche pas ça, c'est chaud...». «Attention ! Roule plus lentement, c'est dangereux...». Les limites sont présentes à tout âge. Et depuis toujours: l’histoire de l’humanité commence par un «Attention ! Ne mangez pas les fruits de cet arbre et n'y touchez pas. Sinon, vous mourrez» (Ge. 2,16). Comment parler positivement de ces limites qui, très souvent, nous énervent et provoquent même un certain désir... de les transgresser ?

Les limites: une question de vie
Combien de morts, souvent trop jeunes, sont à déplorer sur la route ? 130 km/h sur les autoroutes (120 en Suisse), interdiction de dépasser par la droite, priorité aux piétons, 0,5 [pour mille] d'alcool... des limites simples pour nous permettre de rester en vie. Ces limites-là ont pour unique objectif de nous préserver, quoique certains y verront un moyen qu’a l’État de renflouer ses caisses.
Vous souvenez-vous de l'histoire du jardin d'Éden? De la mise en garde de Dieu de ne pas manger les fruits d'un arbre particulier, ni de les toucher? Toutes ces contraintes avaient pour seul but de préserver le premier homme et la première femme de la souffrance et de la mort. Alors, rappelons-nous parfois que les limites ont un rapport avec la vie.

Les limites: une question de relation
La question des limites se poserait certainement de manière différente si nous étions seuls au monde. Cependant, nous vivons avec d'autres. Dieu nous a fait relationnels, à son image. Les limites nous permettent d’être en relation et de vivre en société. Si chacun de nous agissait comme bon lui semble, sans tenir compte de l'autre, la vie serait tout simplement «invivable»! Dieu lui-même en est bien conscient. C'est, à mon avis, une des raisons pour lesquelles nous trouvons les Dix commandements. Ces «limites» apparaissent alors sous un jour nouveau quand nous les comprenons comme des balises à notre vie relationnelle... avec les autres, avec nous-mêmes et avec Dieu!

Les limites: une question de liberté
Faisons une expérience. Dans le lieu où tu es en train de lire ce journal, essaie de trouver une fenêtre. Imagine que toutes les limites auxquelles tu te confrontes représentent uniquement le cadre ou le contour de la fenêtre. À ce moment-là, réalises-tu que la fenêtre te permet d'avoir une vue magnifique sur mille et une choses? Cela dépend où se trouve la fenêtre. Quoi qu'il en soit, je crois que les limites, sur lesquelles nous focalisons souvent une grande partie de notre énergie, nous empêchent de réaliser la liberté immense que nous possédons. Dans le jardin d'Éden, il y avait un arbre, un seul, dont les fruits étaient interdits. Et des centaines, peut-être des milliers d’autres étaient permis.

La manière dont nous percevons la question des limites influencent certainement la manière dont nous vivons la dimension de la liberté!

Jean-Luc Emery

© Alliance Presse - toute reproduction interdite

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°