Ils sont allés à la rencontre d'handicapés mentaux

Et toi, que peux-tu faire?

Les possibilités d’apporter de la joie ou d’aider des milliers de personnes ne manquent pas. Cela peut être des handicapés mentaux, mais aussi des personnes âgées, des enfants en difficulté, des malades, des immigrés, des personnes découragées ou des enfants dans les colonies. Ces activités sociales peuvent aussi porter des fruits spirituels dans la vie de ces gens, ce qui compte aussi beaucoup.

Pour faire du bien autour de soi, il n’est pas nécessaire de se lancer des défis gigantesques. Comme le disait Jésus, il suffit déjà d'être fidèle dans de petites actions. Marie s'est d'abord engagée au service des autres en faisant l'accueil dans son Eglise. Aujourd'hui, elle est active dans plusieurs projets, comme servir des repas aux SDF ou distribuer des calendriers.

Yasmine, Marie et Swell ont passé deux jours avec des handicapés mentaux. Cette expérience leur a beaucoup appris sur le service et l'amour du prochain.

Travailler avec des handicapés mentaux? Tu te dis peut-être que ce n’est pas pour toi. C’est vrai que, sur cette planète, il y a une grande diversité de personnes: certaines qui nous ressemblent et avec lesquelles on a le feeling, d’autres qui nous paraissent bien différentes. Mais Yasmine, Marie et Swell ont décidé de franchir ces barrières: ils ont passé deux jours avec des handicapés de Marseille.

Tout le monde en a retiré quelque chose. Les handicapés mentaux ont été très réjouis et nos trois bénévoles en sont ressortis grandis. Cette expérience a boosté leur motivation. Et toi, auras-tu envie de suivre leur exemple, avec des handicapés ou avec d’autres personnes?

«J’ai pu transmettre de l’amour»
«Ces journées m'ont apporté cette joie et l’amour «agape», cet amour qui se donne. J’ai pu transmettre cela et je recommencerai avec plaisir», témoigne Marie, 16 ans. Pour elle, côtoyer les résidents était plus facile que pour d'autres, puisqu’elle a une sœur handicapée. Mais il lui a quand même fallu dépasser certaines appréhensions:« Ma plus grande crainte était de ne pas vraiment arriver à me faire comprendre.»

«Avec peu de choses, on peut toucher des personnes»
Yasmine, 21 ans, explique que ce service lui a donné de l’assurance. Elle a été motivée par la sensibilité des résidents: «Je me suis rendu compte qu’avec peu de choses, on peut toucher des personnes». Etudiant, Swell ne connaissait pas le monde du handicap, mais a eu envie de participer. Comme il est impliqué dans les scouts, rendre service est pour lui évident: «Dieu nous dit d’aimer les gens comme nous-mêmes. Ainsi, en me mettant au service des autres, j’obéis à Dieu», développe-t-il.

«Partage ce que Dieu t’a donné»
Marie en est convaincue: «De telles actions peuvent changer la société si un peu plus de personnes se mettent au service des autres. On est souvent trop tourné vers notre petite personne. Partage ce que Dieu t'a donné!». Yasmine caresse l’envie d’aller aider dans d’autres pays, mais cette expérience a encore boosté sa motivation : «J’aimerais continuer dans le social, aider matériellement, manifester l’amour de Dieu envers ceux qui sont dans le besoin.»

Ce qu'ils ont fait concrètement
En début de journée, une équipe de 15 à 25 ans a travaillé dans le jardin de la résidence. Elle a enlevé les pierres et les a transportées avec des brouettes. Puis ils ont servi le goûter aux pensionnaires, ont chanté et produit des mimes pour eux. Une vraie fête pour les personnes handicapées!

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°