Ils ont joué aux Championnats du monde!

image: Ils ont joué aux Championnats du monde!
© Alliance Presse

L’expérience sportive de Jérémie et Vincent fait vraiment envie! Ces deux amis sont partis à Taïwan (une petite île près de la Chine) pour participer aux Championnats du monde junior de tchoukball. Ils disent pourquoi ils sont fans de leur sport.

Une cérémonie d’ouverture, l’adrénaline de la compétition au plus haut niveau, les caméras, des photos avec des supporters enflammés, la rencontre de joueurs venus du monde entier, un public qui crie le nom du buteur: c’est ce qu’ont vécu Vincent (photo) et Jérémie à Taïwan, grâce à leur sport de prédilection, le tchoukball. Cette expérience était une sorte d’aboutissement pour ces deux gars de 18 ans, qui pratiquent le tchouk depuis sept ans environ. Avec, en plus, un résultat remarquable: une troisième place.

Un sport suisse!
Il faut dire que la Suisse est la meilleure équipe d’Europe. Pas étonnant, puisque c’est un Suisse qui a inventé ce sport, il y a seulement une cinquantaine d’années. Depuis, le tchouk fait des adeptes un peu partout, surtout en Asie. Le sport n’est pas encore accepté aux Jeux Olympiques, mais l’objectif est d’y figurer un jour.

«Il y a des actions de fous!»
Bon, et c’est quoi, le tchouk? Le principe: deux équipes de sept joueurs ont pour objectif de tirer une balle, qui ressemble à une balle de handball, sur un trampoline, en espérant que l’équipe adverse n’arrive pas à la rattraper au rebond. «Ce sport collectif est très beau à voir, car il y a de nombreux buts», s’enthousiasme Vincent. «Et des actions de fous! Comme il faut construire une action en trois passes, le tchouk est un sport intensif», complète Jérémie. Les deux amis apprécient aussi l’ambiance qui règne dans le milieu: «On est beaucoup moins critiqué que dans d’autres sports. En outre, le fait qu'il n'y ait pas de contacts permet d'éviter les blessures dues aux autres joueurs.»

«On peut toujours s’améliorer»
Ce jeu est-il compliqué et exigeant? Physiquement, c’est assez intensif. Il faut être créatif et rapide, avoir de bons réflexes et une certaine coordination. Et de la volonté. Avant leur départ à Taïwan, Jérémie et Vincent se sont entraînés avec ferveur, histoire d’être au top pour le tournoi! «On peut toujours s’améliorer dans les déplacements, la vision du jeu, la maîtrise des différents angles de tir et la position du bras», expliquent les deux champions.

Accessible à tous
Cependant, le tchouk est accessible à tous, et les clubs existants proposent différentes formules pour tous les niveaux. Sa notoriété est croissante: il se développe en francophonie.

Et contrairement à un sport comme le football, il offre assez rapidement la possibilité de participer à des tournois européens ou internationaux. Jérémie et Vincent sont régulièrement partis en Italie, en Angleterre, en Allemagne et cette fois à Taïwan pour affronter des équipes étrangères. Vincent espère se rendre au Brésil pour les Championnats du monde «adultes» en 2015. Toujours plus haut!

Jérémie Cavin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°