Une équipe qui marque d'autres buts

image: Une équipe qui marque d'autres buts
© Alliance Presse

Bien loin des grands stades du Brésil et de ses joueurs professionnels qui disputent le Mondial devant des millions de téléspectateurs, l’équipe amateur d’ICF-Léman joue avec une vision bien différente de ses adversaires dans la Ligue romande de football. Reportage dans cette équipe liée à l’Eglise ICF.

Ce qui fait la différence
«Dans le monde du foot, la victoire rassemble et la défaite peut briser un groupe. Dans notre équipe, nous voulons d’abord véhiculer des valeurs d’amitié et de vie. Nous témoignons de ce que Jésus a fait dans nos vies», explique Juan, le capitaine de l’équipe. Les joueurs prient donc avant chaque match et l’un d’eux partage un message qui l’a marqué dans la Bible. Ils s’exercent également au témoignage. Ces moments de discussion sont souvent très profonds, si bien que les joueurs se souviennent parfois davantage du temps de discussion que du résultat du match! «L'amitié et l'idée de représenter son Eglise et sa foi donnent une autre dimension au jeu», confie Joël.

Objectif fair-play
«Sur le plan sportif, notre saison 2013 n’a pas été extraordinaire, mais nous avons remporté pour la deuxième fois un titre qui nous tient vraiment à cœur, celui du fair-play», se réjouit le coach. Ce titre est décerné en fonction des cartons distribués sur le terrain, du comportement et du respect des règles établies. Pour les chrétiens de l’équipe, c’est là une manière de témoigner de leur foi sur les pelouses des stades de football. «J’ai joué à haut niveau au Cameroun. En arrivant en Suisse, j’étais très nerveux, j’ai pris quelques cartons rouges. Mais le staff a toujours été sympa avec moi. Dieu m’a accompagné dans les galères. Aujourd’hui je suis beaucoup plus calme sur le terrain», raconte en riant Eriko, qui a disputé cinq saisons avec ICF-Léman.

Un témoignage auprès des joueurs
Les joueurs d’ICF-Léman ne sont pas tous chrétiens. «J’ai fait un deal avec Dieu concernant un joueur qui se disait athée convaincu», relate Juan. «Je lui ai partagé ma foi, l’ai accueilli comme un frère dans cette équipe et lui ai confié depuis la saison dernière le brassard de capitaine. Il a demandé à plusieurs reprises de prier. Et si on oublie de le faire avant un match, c’est lui qui le rappelle à toute l’équipe». Le joueur en question, Michael, aime la mentalité de l’équipe: «Tout le monde est accepté, quelles que soient ses croyances. C’est une équipe avec de vraies valeurs». Même s’il n’est pas croyant, jouer avec ICF-Léman l’a changé: «Les messages et ces moments de qualité m’apportent plus de paix avec moi-même. Je dois bien admettre qu’il y a quelqu’un au-dessus de nous et je me sens de plus en plus calme par rapport à avant.»
Pour ces joueurs, l’amour inconditionnel de Dieu ne s’explique pas, il se vit et se partage. ICF-Léman ne remportera pas la Coupe du Monde cet été, mais cette équipe pourrait gagner encore bien des cœurs pour Dieu.

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°