Il joue avec le feu

image: Il joue avec le feu
© Alliance Presse

Comment devenir pompier?

Depuis 2008, le métier de sapeur-pompier professionnel est reconnu au niveau national en Suisse. L’Ecole latine des sapeurs-pompiers dure 18 mois (9 mois de cours et 9 mois de stages pratiques) et délivre un brevet fédéral. En France, il faut d’abord suivre une formation initiale d’application, avec plusieurs modules. Puis des formations spécialisées sont proposées.

A 29 ans, David est pompier professionnel depuis quatre ans. D’abord bûcheron, son hobby en tant que pompier volontaire lui a donné envie d’en faire son métier. Il nous explique en quoi cela consiste. Interview.

Que fait un pompier au quotidien?
Nous nous tenons en tout temps disponibles pour intervenir dans des missions de sauvetage et d’aide à la population. Le feu est la mission la plus connue, mais nous intervenons également lors d’inondations, dégâts naturels, ascenseurs bloqués et en soutien aux ambulanciers pour évacuer des patients. Nous intervenons aussi lors de problèmes liés à la pollution ou aux accidents chimiques et radioactifs.

Et en dehors des interventions?
Un accent particulier est mis sur la formation continue: il faut que nous soyons à la pointe en matière de nouvelles techniques de travail et dans la connaissance du matériel. Nous entretenons et vérifions régulièrement l’entier de notre matériel, locaux et véhicules.

Quelles qualités sont nécessaires pour faire ce métier?
Etre sapeur-pompier, c’est faire partie d’une équipe. Il n’y a donc pas de place pour les individualistes. Il faut être capable de se remettre en question en permanence, afin de toujours évoluer et de se perfectionner. Le sapeur-pompier professionnel doit aussi bénéficier d’une excellente forme physique et d’une bonne résistance psychique.

Justement, qu’est-ce que cela demande physiquement et mentalement?
Durant un service de 24 heures, l’imprévu représente la seule prévision possible.
C’est la raison pour laquelle un état de préparation physique est indispensable. Pendant le service, un minimum d’une heure de sport est prévu.
Concernant l’aspect psychologique, différents facteurs entrent en ligne de compte: les horaires irréguliers (24 heures de service en continu, suivies d’une période de repos), les visions traumatisantes ainsi que la détresse humaine sont fréquentes. Pour réussir, il faut un bon esprit de camaraderie, une hygiène de vie saine et une aide psychologique à disposition si nécessaire.

Pourquoi as-tu décidé de devenir pompier?
J’ai toujours été attiré par les professions demandant un effort physique soutenu. J’aime aussi le travail en équipe. A l’âge de 20 ans, j’ai rejoint les rangs du corps de pompiers volontaires de ma commune; et après quelques années, j’ai eu envie d’en faire mon métier. J’ai à cœur de venir en aide à la population et de mettre à disposition de la communauté mes compétences en matière de sauvetage.

Propos recueillis par Joëlle Misson

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°