Elle se préoccupe de la détresse des autres

image: Elle se préoccupe de la détresse des autres
© Alliance Presse

5 qualités nécessaires

1. Adaptation aux spécificités de la personne.
2. Ecoute des besoins et des attentes. Ne pas projeter ses propres envies pour la personne. Le but est d’accompagner les gens, de faire avec eux et non à leur place.
3. Patience et disponibilité.
4. Sens de l’observation pour mieux comprendre les situations.
5. Capacité à se remettre en question, à prendre conscience de ses limites, à apprendre sur soi au travers des autres.

Dans quelques semaines, Nadia, 22 ans, sera officiellement éducatrice spécialisée. Un métier qui la confronte à toutes sortes de personnes et de situations, mais qui lui procure de belles satisfactions.

Les éducateurs spécialisés aident les gens qui connaissent de grandes difficultés à devenir autonomes et à s’insérer dans la société: ceux qui sortent de prison, les enfants (dans les foyers par exemple), les personnes âgées ou en situation de handicap, les SDF, les personnes confrontées à des dépendances… Le travail d’un éducateur change beaucoup en fonction du lieu de travail et s’adapte au contexte, au type de population.

Pourquoi éducatrice spécialisée?
«Mes parents ont toujours vécu en ayant le souci des autres. Dans un contexte joyeux et ouvert sur l'autre, j'ai trouvé un bon équilibre entre prendre soin de soi et s'impliquer socialement». Au fil du temps, Nadia a appris à mieux se connaître. Elle a forgé sa vision de la vie à travers plusieurs expériences. Sensible à ce que vivent les autres, désirant s’impliquer concrètement dans la société, c’est pour elle une richesse d’être en relation avec des personnes d’horizons différents.

Les moins bons côtés du métier
Ce métier rapporte peu en France: entre 1200 et 1500 euros. Il implique aussi d’être prêt à avoir des horaires décalés (parfois tôt le matin ou tard le soir), mais cela dépend de la structure. Il est nécessaire de s’investir et d’être sensible, mais il faut savoir lâcher prise dans certaines situations. Il est important de ne pas attendre en retour, car la quantité de travail effectuée n’est pas forcément toujours bien connue des autres.

«Le plus important c’est d’être à sa place!»
Nadia est sans cesse en contact avec les gens. Jamais elle ne s’ennuie, tant le travail est varié! Il arrive souvent qu'on lui dise: «Oh ça doit être un métier vachement dur avec tout ce que vous voyez!». Il est vrai qu’un éducateur est parfois confronté à des situations inimaginables: la réalité de la vie n’est pas toujours simple. Mais voir des situations évoluer positivement est encourageant, même lorsque ce sont des petits pas. «Un métier n’est pas plus dur qu’un autre. Simplement, certains métiers te correspondent mieux en fonction de tes compétences et de ta personnalité. L’important, c’est de trouver ce qui te convient.»

Joëlle Lehmann

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°