Vis ta passion, mais avec Dieu!

image: Vis ta passion, mais avec Dieu!
© Alliance Presse

Allan Bonjour est un jeune athlète de niveau national, qui a choisi d'en faire son métier : il est aujourd'hui détenteur d'un master en sciences du sport et actif dans le sport handicap. Mais comme toute passion, il a dû apprendre à gérer.

Tout a commencé quand Allan est devenu assez grand pour accompagner ses parents faire de la course à pied. La simplicité de ce sport l'a conquis: il permet de traverser des paysages, d’apprendre à se dépasser, de se sentir vivre, tout en ne nécessitant que très peu de matériel. De fil en aiguille, il a trouvé du plaisir dans tous les sports, mais avec une préférence pour l'endurance et la glisse, qu'il retrouve dans le triathlon, le vélo, la natation, le kite, le snowboard, etc.

En raison de blessures, il s’est retrouvé à ne plus pouvoir courir comme il le voulait. Allan a dû apprendre à respecter son corps. Ces arrêts forcés lui ont permis de découvrir la perfection du corps. «Il suffit, en effet, d'un petit dérèglement pour que tout le corps ne tourne plus rond. Nous ne sommes pas maîtres de notre corps, mais cela nous amène à être d'autant plus reconnaissants quand nous allons bien», relève-t-il.

Petit, il n'était pas très bon, mais Allan s'en réjouit aujourd'hui, car cela lui a appris à perdre, à trouver du plaisir dans l'activité et dans ses relations avec les autres, et pas uniquement dans le résultat. Le parcours d'un sportif compte en effet souvent plus d'échecs que de réussites. Il est alors plus que nécessaire de prendre du plaisir dans l'activité plutôt que dans la finalité.

Une gestion difficile
La passion du sport s'accompagne de plaisirs, que ce soit lorsque ton corps sécrète de l'endorphine (hormone du plaisir), ou encore lorsque tu vis une réussite ou que ton corps devient sculpté... Et comme tout plaisir, il peut te rendre accro, si ton assurance perso et ton identité en dépendent.

De par son expérience personnelle, Allan s'est rendu compte que le meilleur moyen de ne pas tomber dans la dépendance est de réfléchir à ses motivations, à la place que le sport prend dans sa vie et à vivre cette passion avec Dieu.
L’exercice régulier du sport est nécessaire pour faire des progrès, mais ceux-ci ne doivent pas se faire au détriment du reste de ta vie. Il est donc important aussi d’établir, avec tes parents et ton coach, un emploi du temps qui reste sain.

Si la passion du sport s'accompagne de défis, elle représente aussi un moyen de grandir en maturité et en connaissance: de toi, des autres et de Dieu!

Pour Allan, le sport est même un des meilleurs moyens qui l'amène à l'adoration. «J'ai envie de m'agenouiller quand je me rends compte à quel point je suis béni de pouvoir bouger et contempler mon environnement», s'exclame-t-il. De plus, il cherche à utiliser sa foi dans sa passion: il prie par exemple avant chaque compétition, pour avoir du plaisir quoi qu'il arrive et pour être un témoignage dans ses relations. Et évidemment, il t'encourage à faire de même!

Par Nathalie Schmid

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°