Affranchie de la jalousie?

Il nous est difficile de savoir si, et à quel moment, notre souffrance devient jalousie. Quelques pistes pour y voir plus clair. Découvrez les autres articles de ce dossier.

Les situations entraînant de la jalousie sont multiples dans la vie d’une femme. Si j’applique les principes suivants -même en pleurant- je suis sûrement sur la bonne voie pour ne pas tomber dans la jalousie:

1. J’évite de comparer ma situation avec celle de l’autre en me disant que je suis moins favorisée qu’elle.

2. J’apporte de l’aide à cette personne qui me semble pourtant avoir une meilleure situation que la mienne.

3. Lorsque celle qui n’a que des bonnes nouvelles subit un revers, j’ai compassion d’elle et je cherche à la consoler.

4. Je remplace mon sentiment d’injustice par une prière, demandant à Dieu de me faire prendre conscience des souffrances d’une autre, voire de lui apporter de l’aide.

5. Je demande à Dieu de me montrer le mensonge inhérent à la jalousie ressentie (par exemple : «Je suis plus belle et plus serviable qu’elle. Comment se fait-il que je n’aie pas de mari / que mon mari ne m’aime pas / que j’aie des enfants si mal dans leur peau / que je n’aie pas de petits-enfants, etc.).

Oui, il n’est pas toujours aisé de savoir si notre ressenti est de la jalousie ou non. Mais si je réalise que j’applique ces quelques principes, peut-être suis-je véritablement en train de surmonter une jalousie malsaine...

Par Rachel Gamper

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°