La jalousie: alimentée par les réseaux sociaux?

image: La jalousie: alimentée par les réseaux sociaux?
© Alliance Presse

Facebook, Twitter, Instagram… Les réseaux sociaux, c’est sympa et parfois utile. Mais si l’on n’y prête pas attention, ne risquent-ils pas de devenir une porte ouverte à la jalousie? Parti pris. Découvrez les autres articles de ce dossier.

Au travers des réseaux sociaux, nous sommes sans cesse plongées dans la vie des autres, ou du moins dans ce qu’on nous montre de celle-ci. Pas toujours facile de ne pas jalouser les splendides photos de vacances, ou de ne pas ressentir ce petit sentiment d’infériorité en voyant comment notre ancienne voisine semble avoir si bien réussi sa vie.

Le piège de la comparaison
Malheureusement, la comparaison est un piège qui nous guette toutes. Souvent sans même nous en rendre compte, nous en devenons esclaves. Et en un sens, se comparer… c’est aussi convoiter ce que l’on n’a pas. Mais si Dieu nous met en garde contre l’esclavage de la jalousie, c’est avant tout pour notre bien: «C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude» (Gal. 5, 1).

Le risque de passer à côté
Et d’une certaine manière, la jalousie stimulée par ces réseaux sociaux nous pousse également à nous centrer toujours plus sur nous-même. A regarder à ce que l’on n’a pas, à ce que l’on voudrait ou devrait avoir… et à en oublier celui sur qui nos vies devraient se centrer -Dieu- et ce qu’il nous a déjà donné.

Pour éviter la jalousie…
Mais réseaux sociaux ne riment pas forcément avec jalousie. Christelle aime découvrir les photos de vacances de ses amis. «Ça me fait rêver et découvrir certains coins», déclare-t-elle. Brigitte, pour sa part, aime aussi voir les gens grandir et évoluer au travers de leurs photos. Ces deux femmes nous proposent donc quelques pistes pour éviter l’écueil de la jalousie:

1. Réduire sa consommation: Christelle confie se rendre très rarement sur Facebook. «Je communique surtout avec des amis qui habitent très loin, donc leurs photos me font plutôt plaisir!»

2. Prendre du recul: Les réseaux sociaux, tout comme les films, les magazines, etc… ne nous montrent qu’une partie de la réalité. Il est donc nécessaire de se rappeler que l’on ne sait finalement jamais ce qui se passe en coulisses.

3. Savoir ce qui nous définit: Notre identité n’est pas dans le regard des autres, ni même dans le nôtre… «Si quelqu’un est en Christ, il/elle est une nouvelle créature» (2 Cor. 5, 17).

Par Gaëlle Monayron.

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°