L’ange-gardien des avions

image: L’ange-gardien des avions
© istockphoto

Rémy, 24 ans, a commencé à piloter des petits avions de tourisme dès l’âge de 16 ans. Aujourd’hui il est ingénieur en aéronautique.

Rémy est précisément ingénieur support à la production chez ATR en France, une entreprise spécialisée dans la construction aéronautique d’avions turbopropulseurs, leader mondial des avions régionaux 50-70 places. Dans son temps libre, il continue à piloter par passion. Interview.

Quel est ton rôle dans ton métier? Que fais-tu?
Mon poste est situé à la fin du cycle d’assemblage des avions, plus exactement là où les avions font leurs premiers vols. Par délégation de l’Autorité européenne de l’aviation, nous certifions que l’avion est sûr pour voler. Il s’agit de publier des documents officiels avant le premier vol de l’avion.

Mon rôle est d’aller sur l’avion, faire des essais et voir d’où peut venir la panne. Et proposer des solutions de réparation ou de dépannage pour un avion qui est neuf et en phase de livraison.
Parmi mes activités, il y a celle d’assurer le support à la «piste» (là où les équipes et les avions sont situés pour effectuer leur préparation de vol), aider les équipes (qualité, électriciens, mécano) lorsqu’une panne d'avion n’est pas simple à gérer. Notre but est de prendre des décisions sur les actions à mener sur l’avion ou contacter les ingénieurs spécialistes lorsque nous n’avons pas la compétence afin de dépanner. Et puis, il s’agit d’assister aux débriefings des vols avec les ingénieurs navigants afin d’échanger et récupérer des informations sur les pannes ou problèmes potentiellement rencontrés en vol.

Qu’est-ce que tu aimes le plus dans ton métier?
Ce que j’apprécie le plus, c’est de pouvoir être chaque jour dans un avion pour comprendre le fonctionnement des systèmes et d’en trouver le mauvais fonctionnement lors d’une panne. Ainsi que d’échanger techniquement avec une multitude de corps de métiers (ingénieurs spécialistes, ingénieurs navigants, pilotes, production, qualité).

Quelles sont les qualités nécessaires?
- La curiosité: les pannes arrivent sur des systèmes différents, il y a toujours possibilité d’apprendre sur le fonctionnement de l’avion.
- Avoir un bon relationnel: lors d’une panne, nous apportons une aide à la production, nous sommes donc en échange permanent avec une multitude de personnes.
- Etre flexible: du fait du contexte des vols et de la livraison des avions à nos clients, les priorités de la journée peuvent rapidement changer. Il faut pouvoir être disponible pour porter support à un avion devant voler ou être livré. Ceci peut amener à venir travailler le week-end ou de rester plus longuement le soir.

Pourquoi as-tu choisi de faire ce métier?
L’aéronautique est un centre d’intérêt important dans ma vie. J’ai choisi de faire ce métier car étant jeune ingénieur c’est un des seuls métiers cadre proche de la production tout en étant technique. Beaucoup de postes cadres autour de la production des avions sont des postes de manager. Ce poste me permet d’être quotidiennement sur les avions et d’apprendre le fonctionnement de leurs systèmes. De plus, j’aime échanger avec les nombreux interlocuteurs.

Joëlle Lehmann

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°