Déprime et dépression, différents maux, différents remèdes

image: Déprime et dépression, différents maux, différents remèdes
© istockphoto

Une déprime et une dépression ne sont pas semblables. Mais comment les différencier? Et que faire dans un cas comme dans l’autre? Just 4U en parle avec le docteur Jean-François Collet.

Quelle est la différence entre déprime et dépression?
En termes simples, une déprime est une tristesse passagère, liée le plus souvent à une circonstance. C’est temporaire et supportable.
Une dépression peut aussi être liée à des circonstances extérieures ou physiques. Mais elle est une «vraie» maladie, avec épuisement des forces psychiques, tristesse et blocages. Les éléments déclencheurs sont souvent le stress, des attentes irréalistes des proches, des échecs, des vécus d’injustice et la colère qui s’ensuit. Et il est difficile ensuite de reprendre le dessus.

Ce que vit le dépressif est vraiment très pénible: sentiment d’abandon, tristesse, impression de «à quoi bon?», sans possibilité de «se secouer» comme dans la déprime.

Mais une dépression convenablement soignée se guérit le plus souvent bien. Il faut une aide médicale. Ensuite, prévenir une rechute est très important. Le risque de geste suicidaire peut exister et, là, le recours urgent à un médecin s’impose. Plusieurs sites internet spécialisés proposent des adresses de contacts, tant en Suisse qu’en France.

Qu'est-ce qui peut causer une déprime?
C’est souvent un épuisement dans la lutte contre la frustration avec, aussi, des difficultés relationnelles. Cela s’accompagne par le découragement, le doute sur soi-même, sur sa valeur, sur sa place d’être aimé (à ce propos, tu peux lire le Psaume 139 qui fait du bien). On en vient à ruminer, à tourner dans son esprit une injustice, une incapacité à satisfaire les autres, un rejet.

On réagit par une «colère intérieure» qui se retourne contre soi. Les comparaisons aux autres ou les murmures des réseaux sociaux peuvent rendre vulnérable. Attention à ne pas croire tout ce qui se dit sur nous.
Pour sortir concrètement de la déprime, il faut apprendre à relativiser l’opinion de l’autre, à être indépendant sans être opposé à tout. A respecter non les pouvoirs mais la vraie autorité, à pardonner et à avancer dans la joyeuse découverte de tous les talents que chacun a richement reçus! On est vraiment soulagé par un pardon généreusement accordé et par une certitude: celle d’être aimé de Dieu!

Comment savoir si l'on est déprimé ou si l'on a un manque de motivation?
Le manque de motivation peut être une déprime à ses débuts, ou bien un état de monotonie, de fatigue ou d’indécision, qui se résout avec un peu de recul, de clairvoyance ou de repos.

Comment reconnaître la déprime auprès d'un proche?
La déprime chez l’autre se manifeste souvent par une tristesse et un aspect morne, sans élan. On la repère assez vite… chez l’autre!

Comment soutenir un proche qui déprime?
Les mots d’ordre sont: écouter, soutenir et comprendre! Il faut éviter de trop attendre, mais encourager à consulter un médecin en cas de doute. L’amitié, la compréhension et l’intercession sont importantes. Mais, comme pour les téléphones portables, il faut commencer par se recharger: recevoir la vraie joie avant pouvoir la donner à l’autre!

Doit-on prendre la déprime avec autant de sérieux que la dépression?
Disons qu’une déprime doit être prise également au sérieux, mais pas au tragique. Et surtout souvenons-nous, malgré la déprime, de qui nous sommes vraiment à la base! Notre identité est en effet la partie la plus vivante, la plus vraie de nous-même. Jusque-là cachée en Christ, elle est promise à la résurrection (Col 3, 3). Cheminons pour la découvrir! Une bonne nouvelle: n’ayons pas de crainte, cette vraie vie, notre vraie identité à chacun, est préservée pour l’éternité! C’est pas beau, la vie?

Par Nathalie Schmid

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°