Stop à la paresse! Comment m’en libérer?

image: Stop à la paresse! Comment m’en libérer?
© istockphoto

Larver toute la journée dans le canapé, le rêve? Le hic, c’est que la paresse extrême n’offre aucune perspective attrayante. Dans notre vie quotidienne comme dans notre foi.

Ayant fini les cours plus tôt, Jess rentre chez lui et compte en profiter pour avancer sur le projet qu’il doit rendre la semaine prochaine. Une fois installé dans sa chambre devant son ordinateur, il contemple la montagne de travail qui l’attend et, découragé, il préfère remettre cela à plus tard et succomber au doux chant des sirènes qui lui murmure Youtube, Netflix…

Paresseux dans la vie
Inutile de se voiler la face: notre génération est fortement poussée dans le vice de la paresse. Tout est fait pour nous simplifier la vie, pour maximiser notre temps libre et notre repos. Dans le milieu étudiant par exemple, combien de fois n’avons-nous pas dit, «j’ai la flemme de réviser, je vais y aller au talent! Dieu pourvoira!»? Alors certes il pourvoit, mais il dit également que, si «le paresseux ne veut pas labourer au bon moment. A la récolte, il cherchera et ne trouvera rien» (Proverbes 20, 4).

Malheureusement il n’y a pas de formule magique pour sortir de la paresse. C’est tellement agréable de s’y complaire. Mais le premier pas, c’est déjà d'en prendre conscience. De réaliser que si la chill-attitude peut vite se muer en «larve-attitude». Évitons d'en faire un mode de vie. Dieu ne nous a pas créés pour en faire le moins possible, au contraire. «Mains paresseuses apportent la pauvreté, mains courageuses apportent la richesse» (Proverbes 10, 4).

Paresseux dans la foi
La paresse spirituelle est aussi un piège très subtil. Samantha peut en témoigner: «Personnellement je sais que je dois y faire attention! Je suis au taquet avec Dieu et souvent je me dis que cela suffit, que c’est déjà bien. Donc j’ai la flemme de prier, de lire ma Bible ou autre… et finalement c’est ce qui me pousse à la dégringolade. Tout un coup je me sens loin de Dieu, sans comprendre comment je suis arrivée là.»

Tomber dans la paresse spirituelle, c’est passer à côté de la relation vivante que Dieu veut avec nous et de toutes les bénédictions qui peuvent en découler. Si Samantha décrit cela comme une sorte de cercle vicieux, la bonne nouvelle c’est que ça l’est aussi dans l’autre sens: plus on se pousse à ne pas être paresseux dans la foi, plus cela devient facile de ne pas l’être et moins on a envie de le devenir! La Bible nous dit d’ailleurs que la foi sans les œuvres est morte.

Ne pas confondre paresse et repos
La Bible nous le dit clairement, Dieu nous a ordonné de travailler, et il ne voit pas d’un bon œil le paresseux. En revanche, il encourage le repos. Il a même créé un septième jour spécialement dans ce but. Il est donc nécessaire de prendre du temps pour soi et pour Dieu, pour se reposer, pour ne rien faire. Mais la différence est que si la paresse devient vite un mode de vie, le repos est un temps spécialement mis à part.

Par Gaëlle Monayron

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°