Tout aurait pu se terminer sous cette falaise

image: Tout aurait pu se terminer sous cette falaise
© Alliance Presse

Une lourde chute a été paradoxalement le point de départ de beaucoup de choses dans la vie d’une jeune chrétienne. Une histoire de résilience

«Elle ne vivra pas. Elle n’en a que pour une demi-heure». C’est ce que les médecins annoncent aux parents de Cynthia. La jeune fille de dix-sept ans vient de débarouler les rochers alors qu’elle est en colonie à Sauveterre-de-Rouergue, dans l’Aveyron et de s’écraser dans une rivière, 15 mètres plus bas. Cynthia ne se souvient plus ce qui lui est arrivé. Ses amies l’ont vue lâcher prise alors qu’elles montaient dans la forêt. «Elle ne se sentait pas bien, elle a dit: je lâche et elle est tombée. J’ai eu l’impression qu’elle perdait connaissance», rapporte une des deux amies présentes ce jour-là. «Je suis descendue en courant et je l’ai retrouvée dans la rivière, le front ouvert. L’autre fille est allée directement appeler du secours». Diagnostic: Cynthia a un traumatisme crânien, le bassin fracturé, des côtes cassées lui ont percé les poumons ; quant à sa foie, une partie s’est déchirée, provoquant une hémorragie interne. Transférée en urgence en hélicoptère à l’hôpital le plus proche, elle tombe dans le coma.

Le bac, quand même
Mais la jeune Française s’accroche à la vie, passant une première nuit puis une seconde. Après une première opération, son état se stabilise. On est en juillet, à l’orée de sa dernière année de lycée et les pronostics ne sont pas bons: finie la marche, convalescence très longue, année scolaire d’ores et déjà «grillée». Mais en novembre, Cynthia peut déjà retourner en cours l’espace de deux semaines, avant une nouvelle opération. Elle ne reprendra les cours à plein temps qu’en mars, mais suffisamment tôt pour qu’elle puisse passer son bac au rattrapage, ce qui est un tour de force. Les gens parlent de miracle. Cynthia s’est battue avec beaucoup de courage mais pour elle, «c’est Dieu qui m’a permis de remonter la pente».

Changement de carrière
La résilience: capacité de rebondir après une expérience douloureuse et traumatisante. Dans le cas de Cynthia, âgée aujourd’hui de 21 ans, beaucoup de choses sont nées de cette chute qui aurait pu être fatale. Seule séquelle, pour commencer, la surdité d’une oreille. Ses projets d’avenir, ensuite: elle s’oriente, un peu à son corps défendant, vers le médical. Une infirmière lui a dit: «Peut-être que cet accident te permettra de devenir infirmière». La médecine, elle en avait horreur, c’était «tout, mais pas ça, surtout avec ce que j’ai vécu». Finalement, elle dit à Dieu qu’elle accepte de faire ce métier s’il le veut vraiment, mais il faut qu’il lui donne de l’aimer. «J’ai ressenti à la lecture de plusieurs textes de la Bible que les projets humains ne sont pas forcément ceux de Dieu. Il faut que parfois passer par des épreuves admettre cette réalité. Aujourd’hui j’ai accepté les choses et je ne suis pas déçue. Pour rien au monde je ne reviendrais en arrière», analyse Cynthia.

Fortifiée dans sa foi
La foi de Cynthia a franchi elle aussi une étape: «Je me dis que notre vie ne tient qu’à un fil. C’est super important d’être constamment en lien avec Dieu parce qu’on peut mourir n’importe quand». Elle avoue avoir jusque-là prié pour des personnes malades sans bien mesurer ce qu’était la souffrance. C’est avec ferveur qu’elle prie désormais. «Je m’attends littéralement à ce que Dieu agisse. Je sais que même s’il ne rétablit pas le corps, il rétablit l’âme, l’esprit». Quand la jeune Française prend la voiture ou qu’elle sort, elle demande à Dieu de préserver sa vie.

L’Eglise et la famille autour d’elle
Cette expérience «suffisamment forte et douloureuse» a aussi rapproché Cynthia de sa famille. «Un de mes frères ne m’avait jamais dit qu’il m’aimait», précise-t-elle. Dans l’épreuve, les parents sont restés sereins. Alors que beaucoup autour d’eux doutaient, «ils n’ont pas paniqué parce qu’ils savaient que tout était dans les mains de Dieu». L’Eglise que fréquente la famille a aussi vécu la situation de près. Beaucoup ont prié pour le rétablissement de Cynthia. D’après elle, l’exaucement a boosté l’assistance. «Les gens ont vu Dieu en action».

Dodo des Îles © Alliance Presse - toute reproduction interdite

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°