Miraculé à huit reprises, Raphaël découvre son protecteur

Récit d’un rétablissement spectaculaire après un terrible accident de voiture

« Vous ne pourrez plus jamais exercer votre métier ». C’est ce que les médecins ont annoncé à Raphaël, dix-neuf ans. À la suite d’un grave accident de voiture, son pied gauche a été fracturé à dix-huit endroits. Le jeune Suisse effectue un apprentissage dans la restauration et il doit pouvoir rester debout de longues heures. Le corps médical pense que c’est fichu. Et pourtant, moins de deux mois plus tard, Raphaël reprendra le travail à plein temps, sans jamais connaître de douleur.

Vilain petit caillou
Le 4 novembre 2008, dans l’après-midi, il rentre chez lui en voiture par mauvais temps. De la buée se forme sur son pare-brise. Alors qu’il enclenche la ventilation, un caillou coincé dans les circuits d’air est projeté dans son œil. Il perd la maîtrise de son véhicule, sort de route et s’écrase contre un arbre, sur le toit. Miraculeusement, Raphaël s’en sort quasi indemne. Mais la roue gauche s’est détachée et a écrasé son pied.

À l’hôpital, le verdict tombe : les quatre orteils gauche sont en mille morceaux. Non seulement ses perspectives professionnelles sont compromises, mais en plus, Raphaël est mal soigné : trois jours plus tard, ses doigts de pied deviennent bleus, puis noirs. Il part en urgence à l’hôpital. Son plâtre était trop serré. « Une demi-journée de plus, j’aurais perdu mon pied », raconte le miraculé.

Il est opéré la semaine suivante et on lui prédit une longue convalescence. Mais le 22 décembre, le jeune homme reprend le travail à 100%. Pour Raphaël, c’est clair, Dieu est intervenu : « J’aurais aussi pu devenir aveugle avec le caillou dans l’œil. »

Multi-réchappé
Un miraculé, Raphaël est conscient de l’être plutôt deux fois qu’une. Ce fils d’agriculteurs vaudois a non seulement été protégé dans cet accident, mais à huit autres reprises, sa vie a été épargnée. La dernière en date : un peu plus de deux mois après son accident, il est à nouveau au volant et glisse sur une plaque de glace. La voiture est détruite, mais lui n’a rien.

La première situation critique remonte à sa naissance. A cause d’une erreur médicale, il reste deux semaines de trop dans le ventre maternel, sans liquide amniotique en suffisance. Il naît « bleu, complètement sec » et il faudra une année pour qu’il reprenne des couleurs normales.

Accidents de vélo, brûlures des mains et des pieds, chute dans les escaliers, il n’est pas particulièrement casse-cou, mais échappe chaque fois au pire. En 2007, il connaît un autre accident de route. « Je conduis le tracteur pour une livraison. Une voiture veut me doubler, je me mets sur le bas-côté, mais je prends une rigole et le tracteur dévale un talus de dix mètres. Il n’y a eu que du dégât matériel. »

Grâce à la prière
Un jour, suite à l’un de ces miracles, les parents de Raphaël lui suggèrent que Dieu a probablement un plan particulier pour sa vie. « Il m’a gardé chaque fois. Je crois que je dois faire quelque chose pour lui ! », réalise le jeune homme. Raphaël reconnaît que les prières des autres, notamment d’amis de ses parents, ont joué un rôle.

Son avenir, Raphaël le voit dans le domaine où il est en train de terminer son apprentissage : il souhaite faire un complément d’œnologie (science du vin) pour devenir sommelier. «Je pense que si je ne connaissais pas Dieu, je ne serais pas là aujourd’hui », conclut-il, reconnaissant.

Natacha Horton © Alliance Presse - toute reproduction interdite

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°