J'ai fini de dire "J'ai pas l'temps"

Trucs pour gagner du temps

Les incontournables
1. Apprendre à dire «non» aux choses qui ne sont pas dans ses priorités
2. Organiser son lieu de travail
3. Lors d’un rendez-vous, communiquer le temps que vous avez à disposition
4. Faire des listes des tâches que vous avez à accomplir
5. Se payer des vacances relaxantes pour éviter d’avoir à en prendre pour récupérer
6. Organiser son sac. Poser clefs, porte-monnaie et téléphone portable à des endroits stratégiques dont on se souvient
7. Trier, ranger et nettoyer, pour ne pas perdre, chercher et s’énerver

Les p’tites choses qui peuvent aider
1. Acheter des vêtements solides pour éviter de devoir faire du shopping toutes les deux semaines
2. Ne pas abuser de Facebook, YouTube, msn et compagnie
3. Acheter sur internet
4. Avoir un code d’abréviations pour prendre des notes
5. Savoir ou se trouve le bancomat, la poste ou la station service la plus proche

Notre rédactrice s’est fixé comme résolution de cesser de dire cette phrase à tout bout de champ. Elle a vite vu qu’il fallait reprendre toute sa gestion du temps

Le générique de la série télé Prison Break a fait un carton: «J’ai pas l’temps, faut y aller». Certains jours, j’ai bien l’impression que c’est le générique de ma vie. Le temps est compté, il ne faut pas traîner. J’ai la tête qui tourne. Des dossiers ouverts, des choses à faire, des travaux à rendre. «Je ne vais jamais y arriver», me dis-je. «Courage, c’est bientôt le week-end!». Mais la réalité, c’est que mes week-ends sont chargés de mille occupations: groupe de jeunes, sport, concerts, rencontre avec des amis, camps à organiser, travail pour les cours, week-end d’Eglise, animations avec les enfants, babysitting, etc. Mes soirées sont remplies par les choses que j’aurais dû faire durant la journée. Chaque matin, avant d’avoir ouvert les yeux, je marmonne: «C’est décidé, ce soir, je me couche tôt!». J’entends parler du repos que Dieu veut donner à chacun d’entre nous. C’est bien joli, mais comment faire? Comment sortir de ce tourbillon?

Le défi d’un ami
C’est alors que je rencontre un ami qui me lance: «Durant une année, je te mets au défi de ne plus dire “J’ai pas l’temps”». J’ai essayé! J’ai dû m’y habituer, moi qui utilisais cette expression à tout bout de champ. J’avais l’impression de jouer à «ni oui, ni non». Cela me brûlait la langue. Finalement, je m’y suis habituée et cela a changé pas mal de choses. J’ai réalisé que plus qu’une histoire de temps, c’était une question de priorités. Comme le dit le chanteur Michael W. Smith dans L’heure de l’audace, «il y a vingt-quatre heures dans une journée. C’est ainsi que Dieu l’a faite. Abraham, Paul et Jésus ont tous eu les mêmes vingt-quatre heures. Ce n’est pas le nombre d’heures qu’il faut changer, mais plutôt la manière dont on les remplit.»
Voici les questions que j’ai alors eues à résoudre: quelles sont mes priorités? Comment est-ce que je gère mes vingt-quatre heures? Est-ce que je me laisse des temps pour les imprévus? Ou est-ce que mon planning de la semaine est si chargé que je ne peux me permettre aucun détour?

Dire non
Durant cette année-là, j’ai aussi dû apprendre à dire «non». Apprendre à refuser des engagements. J’ai dû apprendre à me mettre des objectifs et à les tenir. J’ai dû apprendre à mettre du temps à part, juste pour Dieu et moi. Et c’est alors que j’ai compris ce que voulait dire «Dieu veut te donner du repos». Dieu ne me forcera jamais à me reposer en lui. Il sait que j’en ai besoin et me le rappelle à de nombreuses reprises. Mais c’est à moi de faire le choix. C’est à moi de rentrer dans son repos.
Cela fait trois ans que je me lance ce défi chaque année. Et vous, êtes-vous prêt à tenter l’coup?

Letty Greneille

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°